ACTUALITÉS NATIONALES

30 septembre 2016

Scolarité obligatoire de 3 à 18 ans

Purgez 2 ans de plus au Club Med

ou le bagne déguisé

Toujours plus loin….

Notre Ministre, après avoir orchestré le saccage du Collège et l'agonie de l'Ecole, pose les jalons d'un prochain mandat en cette année d'élection présidentielle. Et cela tient en un tweet. Elle annonce: « Pour aller plus loin sur l'Éducation, je proposerai d'étendre la scolarité obligatoire de 3 à 18 ans». Aller plus loin? Au SNE, on dirait plutôt « plus profond » car on fore. Et pas pour trouver du pétrole…

Un peu plus de ce qui ne marche pas.

Pourquoi allonger la scolarité? Pour y faire un peu plus de ce qui ne marche pas? Déjà qu'avec les nouveaux rythmes scolaires, on a raccourci la journée d'apprentissage pour rallonger la journée de périscolaire! Il est vrai que l'enfant est mieux à 120 décibels sous un préau avec des animateurs peu ou pas formés qu'avec son professeur qui sait gérer les moments de la journée et respecte au final son rythme d'élève comme d'enfant. Et que dire du "jusqu'à 18 ans" qui ne peut être autre chose qu'une prolongation de peine pour ceux qui désirent s'insérer rapidement dans la vie active. Poursuivre ses études en étant forcé de le faire n'est pas forcément  une chance…

« Ça ne te plaît pas ? Allez, essaye encore 2 ans de plus…. »

On ne peut espérer remotiver un élève qui décroche en l'enchaînant aux bancs de l'école. Il s'agirait plutôt selon le SNE de lui permettre d'avoir, si tel est son choix, des études ou une formation courte et lui permettant de s'insérer dignement dans le monde du travail. Et s'il s'agit "d'occuper" ces élèves jusqu'à leur majorité pour nous faire croire que les fondamentaux seront alors maîtrisés, ne nous leurrons pas une fois de plus: c'est dans le premier degré qu'ils s'acquièrent. Optons plutôt comme le préconise le SNE, pour un recentrage sur l'essentiel en primaire. À savoir les fondamentaux, lire-écrire-compter pour faire simple. Le ministère actuel, comme une grande majorité de ses prédécesseurs, a opté pour l'occupationnel sous prétexte d'épanouissement de l'enfant....un peu désenchanté quand il se rend compte tardivement de l'étendue de ses lacunes.

Cessons de diluer, au contraire : concentrons le savoir.

Pour conclure, le SNE en a assez de l'intelligentsia qui refuse les entrées précoces dans la vie active et visse sur les bancs de l’école nos élèves qui rêvent de travailler (noble aspiration) rapidement. Le SNE préfère au système actuel qui étire en longueur une scolarité sans saveur un système dense et efficace (des savoirs recentrés, 15 élèves par classe pour 2 enseignants comme en Europe du Nord, un RASED existant…). À ce jour, le SNE semble être le seul syndicat à aspirer à ce mieux.

Ange Martinez

Vice-président du SNE

SNE -  Syndicat National des Ecoles

© 2017-2019 Syndicat National des Écoles - Directeur de la publication : Laurent Hoefman, président du SNE

Contact SNE  : Laurent Hoefman president@sne-csen.net

facebook.png
2019-11_SNE_Préservons_nos_retraites.jpg