ACTUALITÉS NATIONALES

18 avril 2020

Reprise du 11 mai : les propositions du SNE

Le SNE n’est pas opposé par principe à la reprise des cours à partir du 11 mai, à condition que cette reprise se fasse dans des conditions de sécurité optimales et sans pression hiérarchique de résultat ou de participation.

 

Le SNE, syndicat engagé et responsable, souhaite que les enseignants puissent participer à l’effort collectif, dans l’intérêt général, mais sans se mettre en danger ou en difficulté.

Nous vous présentons ici les premières propositions du SNE transmises au ministère le 18 avril.

Les conditions de la reprise ne doivent pas être plus complexes ni anxiogènes que la situation vécue depuis le 16 mars. Si les conditions ne sont pas satisfaisantes ou suffisamment sécurisantes au moment voulu, le SNE juge préférable de reporter la reprise des cours.

Préalables

Garantir des mesures de protection sanitaire optimales pour tous

- effectuer des tests de dépistage sérologique sur les élèves et les enseignants, chaque semaine

- subvenir réellement aux besoins matériels induits (masques, savon, gel, gants, désinfection).

Établir la liste des personnels écartés du dispositif pour raison médicale

- pathologies à risque (à déterminer précisément)

- personnels de 60 ans et plus

- personnels de plus de 55 ans sur la base du volontariat

- personnels vivant avec des personnes vulnérables

- ...

Mettre fin à l’enseignement à distance à la reprise du présentiel pour éviter le double travail

Un enseignant en poste dans son école ne doit pas être amené à travailler en plus au distanciel, même si une partie de ses élèves n’est par retournée en classe.

Donner un cadrage clair tout en laissant une souplesse au terrain

- permettre des aménagements et initiatives locales émanant des écoles

- éviter toute dérive abusive de la part de certains IEN comme nous l’avons constaté au début de la phase de confinement.

Modalités possibles

Moduler la rentrée selon les départements

Certains ne sont que très peu impactés par l’épidémie (centre, ouest, sud ouest) ; on peut donc envisager une rentrée en premier lieu dans ces secteurs, et faire évoluer la rentrée des autres départements en fonction des conditions sanitaires et des capacités d’accueil hospitalier.

Moduler la rentrée selon l’âge des élèves

Commencer par faire reprendre les élèves les plus âgés (lycées, collèges) plus à même de respecter les gestes barrière, puis les élémentaires si la reprise se passe dans de bonnes conditions

Il ne nous parait pas judicieux de scolariser les élèves de maternelle avant septembre, notamment les enfants de moins de 6 ans (TPS,PS, MS). L’âge de ces enfants ne permet pas de s’assurer de l’application des gestes barrière.

 

Envisager une rentrée sectorielle

On peut envisager une rentrée uniquement en éducation prioritaire dans un premier temps (notamment pour les classes dédoublées comportant de plus petits effectifs) ; cela répondrait au problème des élèves décrocheurs plus nombreux en REP et REP+ depuis la mise en place de l’enseignement à distance.

 

On peut également envisager une rentrée dans les très petites écoles à peu d’effectif.

Organiser une rentrée à effectifs réduits

Par exemple une demi-classe le matin et l’autre demi-classe l’après-midi (soit groupe de 15 maximum en élémentaire). Cela pourrait être une bonne réponse pour la continuité pédagogique, d’autant qu’il nous semble inenvisageable de proposer une restauration sur la pause méridienne dans de bonnes conditions.

 

Pré-rentrée

Il est nécessaire de prévoir au moins 1 journée de pré-rentrée pour permettre aux enseignants d’organiser l’accueil des élèves.

 

Contenus

- Il faut faire confiance aux équipes en place, en fonction de leur environnement. Les enseignants ont récemment prouvé qu’ils étaient capables de l’organiser, de faire preuve d’initiative et d’autonomie. Les IEN doivent être là pour encourager et soutenir les équipes, leur apporter une aide si nécessaire.

- On peut inviter les enseignants à porter davantage les efforts dans les matières fondamentales, de sorte à garantir les acquisitions en français et maths surtout.

 

- Si la totalité des élèves n’est pas présente, on veillera prioritairement à consolider des apprentissages (afin d’éviter que les écarts ne se creusent avec les élèves absents).

- Si tous les élèves sont présents, même en plusieurs groupes, l’enseignant pourrait refaire classe normalement (nouveaux apprentissages).

 

Écueils

 

Il est important d’avoir un discours clair, n’entretenant pas le flou qui est source d’anxiété. Pour autant, les points ci-dessous apportent de la complexité à la reprise des cours, voire questionnent quant à la pertinence de cette reprise :

 

Modalités d'accueil

Comment accueillir les élèves des enseignants qui ne peuvent pas assurer de présentiel (personnels vulnérables, personnel vivant avec des personnes vulnérables, enseignants-parents d’élèves dont les enfants n’ont pas de présentiel) ?

Organisation

Les modalités d'organisation seront complexes à uniformiser car dépendant beaucoup des infrastructures disponibles : cantine (le SNE est opposé à la mise en place de la restauration scolaire pour le moment, même si cette décision revient aux municipalités), récréations, circulation dans les locaux…(du ressort des directeurs d’école ?)

 

Absentéisme

Absentéisme probable de la part de certains élèves. Cet absentéisme sera un obstacle à la continuité pédagogique. Le SNE s’oppose à ce que les enseignants qui assurent du présentiel s’occupent également à distance des élèves absents, ce qui reviendrait à un double travail.

Laurent Hoefman

Président du SNE

SNE -  Syndicat National des Ecoles

© 2016-2020 Syndicat National des Écoles - Directeur de la publication : Laurent Hoefman, président du SNE

Contact SNE  : Laurent Hoefman president@sne-csen.net

facebook.png