ACTUALITÉS NATIONALES

31 octobre 2020

L'école du mépris

Ordres, contre-ordres, annonces de dernière minute…. En cinq jours, pendant la deuxième semaine des vacances, le ministère nous a offert un florilège d’annonces. Les informations vont si vite qu’il est difficile d’en suivre le déroulement et a fortiori de prendre du recul.

 

Le SNE retrace pour vous 5 jours dans la maison des fous.

Jour 1 : rentrée du 2 à 10h

Mardi 27/10 : 11 jours après l’assassinat de Samuel Paty, le ministère réunit les organisations syndicales pour définir les modalités de l’hommage qui sera organisé dans les écoles le lundi 2 novembre. Il est annoncé une rentrée des élèves décalée à 10h pour permettre un temps de concertation aux équipes sur le temps scolaire.

 

Les informations officielles à ce sujet ne sont relayées par les DASEN et les IEN aux directeurs qu’à partir du mercredi 28 dans certaines académies. Certains les attendent encore… En revanche la rentrée décalée est annoncée sur toutes les chaînes de télé, dans tous les journaux.

L’avis du SNE : Il est intéressant de permettre un temps de concertation sur temps scolaire. Mais qui va devoir organiser l’accueil des élèves entre 8h30 et 10h ? Le SNE, conscient de la charge de travail des directeurs, a fait préciser au ministre dès le mardi 27 que le dialogue avec les familles et les municipalités devait être fait par l’administration. Mais malgré l’accord du ministre sur ce point, dans les faits ce sont une fois de plus, dans la très grande majorité des cas, les directeurs qui ont eu à gérer cette charge de travail supplémentaire. Les directeurs ont été, une fois de plus, contraints de réagir dans la précipitation et sur leur temps de congés

Pour le SNE, cet hommage nécessaire méritait plus de temps de préparation. Nous en avions proposé le report au 16 novembre, un mois après les faits. L’accent aurait ainsi pu être mis sur la dimension pédagogique : prendre le temps d’échanger, de parler des notions de liberté d’expression, de laïcité, et seulement dans un second temps organiser une minute de silence, quand celle-ci aurait pris du sens pour les élèves. Les aligner dans la cour pour leur faire respecter le silence pendant 60 secondes n’a aucun intérêt s’ils ne comprennent pas ce que cela représente.

 

Jour 2 : confinement

Mercredi 28/10, 20h : le Président de la République annonce le confinement avec les écoles ouvertes. Il parle d’un « protocole sanitaire renforcé ».

L’avis du SNE : Le nouveau protocole, malgré ce que le président a laissé entendre à la France entière, n’est pas encore disponible à ce stade sur le site du ministère. Les personnels, tout comme les organisations syndicales, n’en ont pas encore connaissance.

 

Jour 3 : protocole sanitaire renforcé ?

 

Jeudi 29/10, 7h40 :  invité sur France 2, Jean-Michel Blanquer parle d’un protocole « établi depuis juillet », il s’agirait d’un « protocole 2 avec des mesures renforcées », notamment sur « le brassage des élèves, des mesures particulières pour la cantine, des mesures d’hygiène, d’aération renforcées et puis de toute une série de mesures plus précises, plus techniques ».

https://www.france.tv/france-2/telematin/2067689-les-4-verites-jean-michel-blanquer.html

L’avis du SNE : Le protocole renforcé qui est disponible à ce moment-là sur le site ministériel ne correspond pas à ce qui sera en vigueur à la rentrée du 2 novembre. Il n’y est en effet pas question de masque pour les élèves à partir de 6 ans par exemple. En revanche il définit des modalités d’accueil en groupes restreints et en alternance, avec des exemples d’emploi du temps pour une scolarité « hybride ».

Jeudi 29/10, 14h : le ministre Jean-Michel Blanquer reçoit les organisations syndicales au sujet de la mise en œuvre du « protocole sanitaire renforcé ». A la quasi-totalité des questions pratiques que nous lui posons, il n’est pas en mesure d’apporter de réponse. A ce moment-là, le nouveau protocole n’est toujours pas disponible.

L’avis du SNE : Une fois de plus, le manque de préparation est flagrant, quoi qu’il en ait été dit dans les médias. « Nous sommes prêts » ? Pas plus qu’au printemps. Le SNE demande le report de la rentrée des élèves au mardi 3 novembre afin de donner du temps aux enseignants pour préparer à la fois l’hommage à Samuel Paty mais également la mise en œuvre du nouveau protocole qui n’est pas encore paru. Nous n'obtenons pas de réponse à ce sujet.

Jeudi 29/10, 18h30 : Conférence de presse du gouvernement. Toujours pas de publication du protocole sanitaire. 

https://www.france.tv/actualites-et-societe/magazines-d-actu/2067899-conference-de-presse-du-premier-ministre-jean-castex.html

 

L’avis du SNE : Toujours aucune communication officielle aux enseignants à ce stade. Les adresses mails professionnelles ne sont donc plus en service ? Le SNE dénonce cette habitude du ministère qui s’est installée depuis plusieurs mois : il est anormal que le ministère s’adresse aux enseignants par le biais des médias. Les enseignants, en tant que professionnels, devraient systématiquement être informés en amont du grand public des décisions concernant l’école. Les parents d’élèves en savent autant, parfois plus que nous. Cela décrédibilise totalement les enseignants et les directeurs aux yeux de l’opinion publique.

Jeudi 29/10, vers 23h : le nouveau protocole sanitaire est enfin mis à jour sur le site de l’éducation nationale. La FAQ est « en cours de mise à jour ».

 

L’avis du SNE : mis à part le masque obligatoire à partir de 6 ans, rien ne change ou presque par rapport au protocole de septembre. Le SNE prend acte de cette préconisation mais s’interroge tout de même : jusqu’alors le masque était « déconseillé » pour les enfants de 6 à 11 ans, il est devenu « obligatoire ». Dans le nouveau protocole, à 5 ans le masque est à proscrire, à 6 ans il devient obligatoire. Les élèves qui mangent à la cantine, voire qui sont en accueil périscolaire le matin et le soir, seront amenés à le porter sans interruption pendant 8, 9, 10 heures…. Nul doute que le port du masque pour les enfants des écoles élémentaires sera difficile à supporter, plus encore qu’il ne l’est pour les collégiens ou les adultes.

On demande des lavages de main avant et après les récréations. On étale les accueils, on limite le brassage des groupes. On préconise une aération toutes les 2 heures et un nettoyage plus approfondi, mais toujours sans personnel supplémentaire. Ces mesures étaient soit déjà appliquées, soit inapplicables. Rien ne changera donc dans la grande majorité des écoles. Ces annonces ne sont que de la poudre aux yeux, des effets de communication.

 

Jour 4 : marche arrière toute

Vendredi 30/10, 17h03 : mail du ministre à tous les enseignants pour présenter « un protocole sanitaire renforcé, que nous avions conçu dès le mois de juillet en anticipation d’une éventuelle dégradation de la situation sanitaire ».

L’avis du SNE : un protocole tellement anticipé qu’il est présenté aux enseignants à la dernière minute et que la FAQ n’est toujours pas mise à jour… Nous pouvons comprendre que la situation sanitaire évolue très vite et qu’il faille s’adapter rapidement. Mais notre ministre doit être capable de prendre ses responsabilités.

 

S’arranger avec la vérité de façon aussi éhontée est indigne et déshonore toute notre profession. Aujourd’hui, de nombreux enseignants ont honte face aux parents, face aux mairies. Honte de ces ordres et de ces contre-ordres dont ils doivent être les relais. Honte de ce ministère dont ils sont les représentants sur le terrain.

 

Toujours dans le mail de 17h03, la rentrée décalée à 10h est supprimée, mais le ministre n’en fait quasiment pas état, comme si cela n’avait jamais existé. « En pratique, tous les élèves reprendront les cours comme à l’habitude. Une minute de silence sera observée lundi à 11h (…). Ce temps pourra être précédé, d’un temps pédagogique, en classe, adapté bien sûr à l’âge des élèves, autour des valeurs de la République et de son École. »

L’avis du SNE : mais quel mépris ! Quel mépris pour le travail des directeurs, qui ont passé des heures à tout organiser dans l’urgence en lien avec les municipalités et les familles ! Quel mépris pour le travail des enseignants, comme s’il suffisait d’un lien de ressources pédagogiques envoyé le vendredi à 17h pour mener une séquence construite et concertée le lundi matin ! Quel mépris, enfin et surtout, pour notre collègue assassiné, dont l’hommage va être bâclé !

 

Jour 5 : la communication d’abord, les vraies questions plus tard

Samedi 31/10, 11h56 : nouveau mail du ministre à tous les enseignants, plus ou moins le même message que la veille, mais en vidéo cette fois.

L’avis du SNE : Comme si les enseignants ne savaient pas lire ! En attendant, la FAQ n’est toujours pas mise à jour, ce qui laisse présager de très nombreuses difficultés dans les écoles la semaine prochaine.

Plus que quelques heures avant la rentrée...

 

Sur fond de menace terroriste et de crise sanitaire, cette rentrée s’annonce extrêmement complexe. Encore une fois, tout est géré dans l’urgence par notre ministère. Aucune anticipation, aucun temps laissé aux équipes pour s’organiser. Une communication ministérielle par le biais des médias, relayée tardivement sur nos adresses professionnelles. Aucune certitude quant au soutien de notre hiérarchie : au-delà des belles paroles et des bougies, nos IEN, nos DASEN, notre ministère seront-ils (enfin) au rendez-vous quand nous en aurons besoin ? Car à n’en pas douter, nous aurons besoin de leur soutien dans les semaines et les mois à venir.

 

Nous le disons depuis l’arrivée rue de Grenelle de M. Blanquer et de son Ecole de la Confiance : « la confiance ne se décrète pas, elle se construit ». Et bien, pas comme cela.

 

Monsieur le ministre, il est urgent de changer de méthodes.

Lucile Verdier

Déléguée SNE

SNE -  Syndicat National des Ecoles

© 2016-2020 Syndicat National des Écoles - Directeur de la publication : Laurent Hoefman, président du SNE

Contact SNE  : Laurent Hoefman president@sne-csen.net

facebook.png