ACTUALITÉS NATIONALES

2 décembre 2020

Protéger les enseignants : une priorité absolue

Le SNE participe dans le cadre du Grenelle au groupe de travail sur la relation École / familles. Les travaux menés sont aussi l’occasion pour notre syndicat de faire entendre au ministère la nécessité de protéger les enseignants.

 

Une volonté ministérielle de consolider les relations entre familles et École

 

Le ministère, appuyé par les organisations syndicales majoritaires, souhaite faire entrer encore davantage les parents dans l'école et valoriser leurs actions. Ils se basent sur des études sur le climat scolaire (Debarbieux, Meirieu,...) qui établissent que laisser une place aux parents dans l'école concourt à la réussite des élèves.

Cet objectif se traduirait par des modules de gestion de conflits et de communication avec les parents dans la formation initiale et continue. Faire comprendre le fonctionnement d'une école, en donner les clés aux familles seraient un levier vers la réussite des élèves.

Les nouvelles constructions d'établissements devront également prendre cette dimension en créant des espaces dédiés à l'accueil des familles.

L'éducation prioritaire ainsi que certains départements sont le terreau de différentes expérimentations liées tant au temps de pondération en REP+ (9 jours par an) qu'à des dispositifs comme les mamans lectrices, la mallette des parents, des observations en classe d'une séance de lecture en CP...

Les jalons sont posés mais la nature du sol est-elle stable ?

Parents et enseignants n'ont pas les mêmes attentes de l'école. A l’école, l'enfant devient  élève. Il évolue dans un environnement avec des règles collectives, qui peuvent être différentes de celles appliquées à la maison, voire même en contradiction. Les attentes de plus en plus individualistes des parents d'élèves pour leurs enfants se heurtent alors parfois à la notion d'intérêt collectif à l'école.

Au SNE, nous pensons qu’avant de réfléchir sur le processus de co-éducation où le parent est le premier éducateur de l'enfant, il est avant tout nécessaire de clarifier le rôle des parents à l'école et d'évoquer les dérives de leurs relations complexes et trop souvent dysfonctionnelles avec l’école.

Les enseignants sont dans une situation professionnelle alarmante

  • Dans une étude intitulée "L'école entre le bonheur et le ras le bol" du 30 août 2013, il est rapporté que 20% des personnels ont été insultés par des parents et 12,7% menacés. Les directeurs sont les plus exposés à une violence verbale et physique. La situation de l'école de la plus favorisée à la plus défavorisée multiplie par 4 le risque d'être victime. 80% des enseignants expriment une relation dégradée avec les parents qui s'expliquent par différents facteurs comme le manque de reconnaissance de l'enseignant en tant que professionnel, son dénigrement par les médias.
     

  • Dans le rapport N°25 de juillet 2014 de la DEPP, 12% des personnels de l'éducation nationale déclarent faire l'objet de menaces et d'insultes dans l'exercice de leur métier. 46% d'entre eux ont eu des séquelles (trouble du sommeil, perte de confiance en soi). A l'origine de ces menaces et insultes, ce sont les élèves pour 3 cas sur 4 dans le second degré et les parents pour 7 cas sur 10 dans le premier degré.
     

  • Les conclusions d'une enquête (Fotinos et Horenstein) de novembre 2018 indiquent un moral en berne pour plus de 2/3 des directeurs d'écoles. Pour 48% d'entre eux, les relations avec les parents se sont dégradées. Autres éléments présents dans les écoles : la violence qui se traduit par l'augmentation des insultes et du harcèlement, la croissance des agressions physiques ainsi que des agressions commises par des parents.

 

Ces conditions de travail dégradées poussent de très nombreux collègues dans leurs retranchements, conduisent à des drames. Certains prénoms font écho à toute une profession : Jean, Christine, Fabienne, Samuel...

 

Co-éduquer sans sacrifier les enseignants

 

Fort de ces constats, le SNE estime qu’un renforcement de la protection des enseignants est un préalable incontournable à la mise en place de la co-éducation. Il ne s'agit pas de construire une politique générale en réaction aux atteintes faites aux enseignants mais de creuser les fondations d'une relation saine et pérenne. La place du maître, professionnel médiateur de connaissances, doit être revalorisée au sein de la société ; l'École doit être à nouveau sanctuarisée.

Dans les textes qui régissent les relations familles /  École, notamment la circulaire du 25 août 2006 sur le rôle et la place des parents dans l'école, les enseignants n'ont que des devoirs envers les parents. Ils doivent informer, aider, dialoguer, encourager, sensibiliser, ... sans aucune contrepartie. Aucune obligation n’est faite aux familles envers les enseignants. Une relation aussi déséquilibrée ne peut aboutir qu’à la mise en accusation des enseignants. Voilà pourquoi il est indispensable de préciser clairement les droits et devoirs de chacun.

Le SNE a impulsé et obtenu d'engager une réflexion sur  la réécriture de ce texte.

 

Informer pour mieux protéger

 

Le SNE souhaite une vaste campagne d'information envers les collègues pour les informer sur les leviers existants de défense et de signalement des dérives, notamment :

  • la protection fonctionnelle qui impose à l'administration de protéger l'agent, lui apporter une assistance juridique et réparer les préjudices qu'il a subis.
     

  • le Registre Santé Sécurité au Travail où sont consignées les observations et les suggestions des agents relatives à la prévention des risques professionnels et à l'amélioration des conditions de travail. Ces fiches RSST sont à la disposition de tous les personnels et usagers.
     

  • l'application "faits établissement" qui permet de faire remonter au cas par cas tous les incidents ayant lieu dans ou aux abords des écoles.

 

Le règlement intérieur, outil indispensable

Les équipes doivent s'emparer du règlement intérieur. C’est un espace cadré, puisqu'il doit se conformer au règlement-type départemental. Il permet cependant de contractualiser les droits et devoirs de chacun des membres de la communauté éducative.

 

Une échelle des sanctions en cas de manquement doit y être définie. La question de l'exclusion temporaire d'un élève et de la possibilité d'un changement d'école doit être posée dans le premier degré.

Une grande opération nationale de communication envers les familles avec affiche, spot publicitaire (affiches, spots publicitaires...) serait utile afin de les informer de leurs droits et surtout de leurs devoirs à l’égard de la communauté éducative.

La protection des personnels est une priorité pour le SNE. C‘est pourquoi depuis bien longtemps, l'adhésion au SNE comprend une assurance professionnelle. Les adhérents du SNE sont ainsi suivis, conseillés et protégés au mieux.

 

Geoffrey Capliez

Secrétaire général du SNE

Matthieu Ferbach

Membre du bureau national

SNE -  Syndicat National des Ecoles

© 2016-2020 Syndicat National des Écoles - Directeur de la publication : Laurent Hoefman, président du SNE

Contact SNE  : Laurent Hoefman president@sne-csen.net

facebook.png