ACTUALITÉS ACADÉMIE DE LYON

7 juin 2018

Mouvement dans l'Ain :

pourquoi les choses ont bougé ?

Chaque année, lors des visites écoles, des collègues nous demandent : "A quoi bon un syndicat qui n'appelle pas systématiquement à faire grève ? Comment faire bouger les choses autrement ?"

La réponse : "En travaillant avec notre hiérarchie et notre Administration plutôt qu'en s'opposant aveuglément à elle." rapporte le plus souvent un haussement d'épaules.

La méthode est certes peu spectaculaire, mais son efficacité est avérée. 

Bertrand Dubost, un collègue, avait lancé l'année dernière une pétition à propos des priorités médicales. Comme le SNE avait interpellé un peu plus tôt Mme l'IA-DASEN sur ce sujet, nous avons contacté M. Dubost pour lui proposer de porter à nouveau et ensemble le sujet devant Mme Rémer. Le SE-UNSA en a fait autant. Ainsi fut fait.

Notre action a porté. La copie ci-dessous du mail que nous a adressé cette semaine M. Dubost en témoigne.

 

Nous avions lancé l’année dernière une pétition pour protester contre les dossiers médicaux abusifs.  En effet, dans l’Ain depuis plusieurs années, le mouvement de postes pour le primaire était mis à mal par des collègues mettant en place des dossiers médicaux abusifs afin d’obtenir un poste proche de chez eux.

 

Cette situation trouve son origine dans la singularité de notre département limitrophe avec la Suisse. Cela avait pour conséquence de paralyser le mouvement de postes dans certaines parties du département (circonscriptions de Bourg 1, 2, 3, Jassans, la Cotière), de créer un sentiment d’exaspération parmi les équipes d’école et de discréditer les collègues qui ont un problème médical avéré.

Pour rappel, voici le lien vers la pétition, qui explique en détail les conséquences sur le mouvement :

cliquez ici.

 

Cette pétition avait été signée par plus de 500 enseignants et nous avons eu un nombre important de messages d’encouragements.

 

Suite à celle-ci, nous avons été reçus en juin dernier à l’Inspection Académique pour défendre cette cause et proposer des solutions pour rééquilibrer les règles d’attribution des bonifications. Nous avons été accompagnés dans cette démarche par deux syndicats : le SE-UNSA, et le SNE.

Puis, comme tout un chacun, nous sommes retournés dans nos classes et nous avons attendu, car le problème a été repris en main par l’Inspection et nos syndicats. Il a été décidé par ceux-ci que les points de bonification seraient fortement réduits cette année.


A l’issue de ce premier mouvement, nous avons eu la grande satisfaction de voir - ENFIN - un vrai mouvement de postes. Dans certaines parties du département très demandées, telles que les circonscriptions de Bourg 1, 2, 3,  Jassans et la Cotière, des postes d’adjoints ont été attribués à des barèmes de 12 points quand les années précédentes ces postes nécessitaient des barèmes supérieurs à 20 points.

En conséquence de quoi, des collègues ayant un poste à titre définitif dans ces circonscriptions « paralysées » ont pu changer d’école, alors qu’ils étaient bloqués auparavant.

Cela a permis à des collègues n’ayant jamais eu de classe à titre définitif d’en obtenir une.

Bref, le système est redevenu vertueux.

C’est une vraie satisfaction pour nous, les enseignants à l’origine de cette pétition, d’avoir pu faire évoluer cette situation. Nous remercions les collègues qui nous ont adressé des messages d’encouragements et remercions également ceux qui avaient déjà soulevé cette problématique les années précédentes.

Bonne fin d’année scolaire.

Philippe Ratinet

Secrétaire académique SNE Lyon

SNE -  Syndicat National des Ecoles

© 2017-2019 Syndicat National des Écoles - Directeur de la publication : Laurent Hoefman, président du SNE

Contact SNE  : Laurent Hoefman president@sne-csen.net

facebook.png
2019-11_SNE_Préservons_nos_retraites.jpg