ACTUALITÉS ACADÉMIE DE LYON

27 septembre 2018

À l'épreuve des faits

Budget 2019, derrière les effets d'annonce, une réalité inquiétante, même pour le premier degré

La rémunération au mérite, la priorité au primaire, l'École de la confiance, M. Blanquer scande tout cela depuis son arrivée rue de Grenelle. En parlant du projet de budget 2019 il a déclaré : "On acte à travers le budget des choix politiques". Le moins que l'on puisse dire, c'est que ces choix, s'ils sont confirmés, contrediront les déclarations d'intentions de notre ministre.

 

Je vous propose de reprendre les points concernant notre profession. 

Les 1 900 postes créés dans le primaire

 

De quoi se sentir choyé, mais pas si on y regarde de plus près... En effet, le dédoublement des classes de CP et CE1 en REP et REP+ va nécessiter la mobilisation d'environ 4 000 collègues. Seuls 1 800 postes seraient créés. D'où viendront les 2 100 manquants ? Il est probable qu'une majorité des derniers PDMQDC en place risque de disparaître. Le reste pourrait venir d'un redéploiement. Habiller Pierre en déshabillant Paul et ses frères n'a rien de glorieux.

Le SNE reste favorable au dédoublement des classes de CP et CE1, mais notre syndicat ne souscrit pas à la méthode envisagée actuellement pour y parvenir.


 

L'amélioration de notre rémunération

La revalorisation annoncée pour les enseignants débutants n'est rien d'autre que ce qui était prévu par le PPCR, dont l'application avait été gelée par ce gouvernement l'année dernière. L’État tient ses engagements envers ses fonctionnaires, mais avec un an de retard. C'est un soulagement, mais il n'y a pas de quoi pavoiser.

La prime de 2 000 € promise aux collègues exerçant en REP+ devrait être versée, sans condition de mérite. Voilà la seule avancée salariale nouvelle.

Le SNE se réjouit de constater que la mise en place de notre nouvelle carrière devrait reprendre. Par contre, pour notre syndicat, il est impossible de se satisfaire de cette maigre évolution salariale. Les moyennes de l'OCDE sont encore loin au-dessus de nous. Qui osera aujourd'hui parler encore de l'attractivité de notre métier ?

 

Le SNE, toujours présent pour la défense des enseignants

 

Si la première année de M. Blanquer nous avait plutôt satisfait (retour de la semaine de 4 jours, recentrage sur les fondamentaux, confiance dans les équipes pour le redoublement, accent porté sur la classe de CP), les perspectives pour 2019 s'avèrent beaucoup moins réjouissantes.

 

Vous pouvez compter sur le SNE pour rappeler notre Ministre à ses déclarations et travailler à l'amélioration de la situation des enseignants du premier degré.

Philippe Ratinet

Secrétaire Académique Lyon

SNE -  Syndicat National des Ecoles

© 2017-2019 Syndicat National des Écoles - Directeur de la publication : Laurent Hoefman, président du SNE

Contact SNE  : Laurent Hoefman president@sne-csen.net

facebook.png
2019-11_SNE_Préservons_nos_retraites.jpg