ACTUALITÉS NATIONALES

6 septembre 2016

Remplacement dans le premier degré : ça coince

Le SNE - FGAF et le SNALC - FGAF se sont rendus au ministère la veille de la rentrée pour un point sur les remplacements. L’administration propose de revoir l’organisation pour optimiser l’anticipation et la communication.... A moyens constants !

Si le ministère dispose de chiffres et de statistiques, il méconnait la micro - réalité et a découvert lors des échanges la grande disparité des organisations selon les académies, les départements, voire les circonscriptions. La mutualisation des moyens existe depuis belle lurette, et la disparition de la formation continue, censée libérer des moyens, n’a fait que précariser davantage les collègues, corvéables à merci.

L’embauche en urgence de contractuels devenant une (mauvaise) habitude, le ministère prévoit de les «anticiper»... Dès lors pourquoi ne pas embaucher des titulaires ?

 

Fidèle à sa vision pragmatique, le SNE a demandé que la hiérarchie regarde enfin les choses en face en rendant possible légalement ce qui se fait déjà , faute de moyens : la possibilité de renvoyer chez eux les élèves lorsque le seuil de sécurité l’exige. Ou bien on se donne les moyens et on remplace, ou bien on fait confiance aux directeurs et directrices qui pourront sans risquer une sanction ne pas accueillir les élèves qui auraient une solution de garde provisoire.

 

Serons – nous entendus ? Pas sûr... En attendant nous défendrons tous les collègues qui refuseront de transiger avec la sécurité des élèves.

Pierre Favre

Président du SNE

SNE -  Syndicat National des Ecoles

© 2017-2019 Syndicat National des Écoles - Directeur de la publication : Laurent Hoefman, président du SNE

Contact SNE  : Laurent Hoefman president@sne-csen.net

facebook.png
2019-11_SNE_Préservons_nos_retraites.jpg