ACTUALITÉS NATIONALES

2 octobre 2016

Le rapport visionnaire

Dans son rapport annuel (à lire ici), le médiateur de l'Éducation Nationale et de l'Enseignement Supérieur indique que : « Loin du «sacerdoce» et de la «vocation», le métier d’enseignant s’est profondément modifié au cours de ces dernières années. »


Le SNE applaudit l'énoncé de cette évidence. Et s'inquiète du fait qu'il faille la rappeler ainsi à notre ministre...


Le médiateur dresse ensuite une liste de difficultés qui fait froid dans le dos, surtout à ceux qui n'en ignorent pas le contenu : « L’hétérogénéité des classes, l’insuffisante préparation à aborder des publics divers, l’introduction d’autres modes de transmission des savoirs brisant un monopole plus que séculaire, des relations tendues avec des parents, une formation qui n’a pas préparé à des pratiques qu’imposent les évolutions pédagogiques nécessaires et une considération négative du métier portée par des citoyens et relayée par des médias, fragilisent de plus en plus d’enseignants et créent de la souffrance. »


Bien des critères de pénibilité de notre profession sont là. Les conséquences qu'en tire le médiateur sont aussi alarmantes pour notre profession qu'humanistes pour chacun de nous. « Ne pas agir pour traiter la souffrance des enseignants c’est s’exposer à donner une image dégradée du métier au risque d’en réduire encore plus son attractivité. Il ne faut également pas perdre de vue que le bien-être des élèves dans un établissement scolaire passe par le bien-être des enseignants. »


Le SNE se félicite de voir ainsi exposé au grand jour un des fondamentaux un peu oublié de notre métier : un professeur bien dans sa peau est un atout pour la réussite des élèves. Chers collègues PRÉ-SER-VEZ-VOUS !


Privés de pause en milieu de semaine, parfois à midi et même jusqu'en soirée, nous devons savoir dire stop. Après tout, même notre administration le préconise. Ce point de vue, le SNE le partage. Notre syndicat a depuis longtemps, et à de nombreuses reprises, fait remonter combien la surcharge permanente de travail en classe, en-dehors et son augmentation constante menacent de faire craquer nombre de collègues.


Et si vous nous rendiez notre mercredi maintenant, madame la ministre ?


Afin de lutter contre la souffrance des enseignants, le médiateur propose, entre autres mesures : 
- d'augmenter le nombre de médecins de prévention
- d'accompagner les personnels à des moments clés de sa carrière, 
- d'assurer la protection d'un agent harcelé ou présumé harceleur (pour rappel, cela s'appelle la protection fonctionnelle et l'administration est déjà sensée s'en charger... Contactez-nous pour plus de renseignements).


Le SNE est heureux de constater cette prise de conscience. Nous espérons que notre ministre ouvre enfin pleinement les yeux sur la réalité de la condition des enseignants. Et agisse en conséquence pour nous faciliter la tâche.


Vous pouvez compter sur le SNE pour aider notre administration à prendre la pleine mesure de son propre constat et à en tirer au plus vite les conséquences qui s'imposent.

 

Philippe Ratinet
Secrétaire Départemental de l’Ain

SNE -  Syndicat National des Ecoles

© 2017-2019 Syndicat National des Écoles - Directeur de la publication : Laurent Hoefman, président du SNE

Contact SNE  : Laurent Hoefman president@sne-csen.net

facebook.png
2019-11_SNE_Préservons_nos_retraites.jpg