ACTUALITÉS NATIONALES

11 décembre 2017

Évaluations nationales premier et second degrés :

deux poids, deux mesures... encore !

Come-back des évaluations nationales que nous avions  rangées au fond des placards. Cette fois-ci, elles sont organisées en CP et en 6ème.

Celles de CE1 et de CM2 avaient parfois déclenché des discussions houleuses en salle des maîtres. En effet, seuls les professeurs de ces classes recevaient une douce prime mais tous les enseignants du conseil des maîtres étaient invités par leur IEN à effectuer leur correction… Puis celles de CE2 n’avaient pas fait l’unanimité car elles étaient associées au livret par compétences et au palier 1.
 

Elles sont désormais programmées à l’entrée de l’école élémentaire et du collège. Cette décision semble cohérente. Plutôt que de permettre un bilan des acquis, la perspective serait de proposer des remédiations. Or, aucun document de synthèse n’a été prévu au départ pour permettre aux enseignants de CP d’en tirer parti et donc de répondre aux difficultés constatées des élèves. Au collège, la situation est toute autre puisque toutes les évaluations seront passées sur ordinateur : les résultats seront synthétisés directement par l’application dans un document individuel  qui retracera les réussites et les difficultés  de l’élève et qui sera donc utile aux professeurs et clair pour les parents…

De plus, même si les exercices proposés en CP sont de qualité puisqu’ils ressemblent à ceux des tests des RASED (réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté), ils exigent pour les professeurs concernés de mettre en place plusieurs séquences de passation en classe et de passer des temps supplémentaires de corrections et de saisies dans un tableur (d’autant que réapparaissent d’autres chiffres que les 1, 9 et 0) sans compensation financière (on nous proposera une énième fois de les imputer sur les 108h). C’est loin d’être le cas en 6ème puisque les séances ne seront que de deux fois 50 minutes et les corrections se feront automatiquement grâce au logiciel… Quel gain de temps et d’investissement pour les professeurs du secondaire !

Enfin, et comble du comble, les résultats des évaluations CP pourront remonter au plus haut de l’échelle… à l’IEN. On peut se poser la question de l’intérêt d’évaluations dites nationales lorsque les résultats ne sont pas analysés nationalement. Au collège, le processus aboutira car les résultats seront rassemblés anonymement, puis croisés et analysés avec d’autres critères comme les catégories socio-professionnelles…

A quand une égalité de traitement, de moyens et d’ambition entre primaire et secondaire ?

Olivier Bultel

Délégué départemental SNE62

SNE -  Syndicat National des Ecoles

© 2016-2020 Syndicat National des Écoles - Directeur de la publication : Laurent Hoefman, président du SNE

Contact SNE  : Laurent Hoefman president@sne-csen.net

facebook.png
2019-11_SNE_Préservons_nos_retraites.jpg