ACTUALITÉS NATIONALES

16 mai 2019

Loi "Confiance", la parole est à nouveau au Parlement

Ô temps ! Suspends ton vol

 

Des semaines de frénésie se sont succédé autour de la loi dite de la Confiance. Lundi 13, le SNE a exposé une nouvelle fois ses positions sur la chaîne Public Sénat sur ce texte. Voir l'émission (de 10’.00 à 38’.00).

 

Le Sénat examine maintenant et jusqu'à mardi prochain un projet de loi largement remanié. Les débats promettent d'être riches en rebondissements et changements pour ce texte qui fait tant polémique. Nous vous proposons un point rapide sur trois éléments qui sont au cœur des actions du SNE.

L'article 1 et son devoir d'exemplarité

 

Cet article a été réécrit et déjà adopté. Sa nouvelle rédaction indique que "l'exemplarité nourrit le respect qui est dû à l'autorité"

Le SNE est attaché à la restauration de l'autorité des enseignants. Notre syndicat ne va pas jusqu'à affirmer que cet article est bon ou nécessaire. Notre syndicat apprécie toutefois qu'une mesure législative affirme l'autorité des enseignants et en tire des conséquences. Au-delà des mots, nous espérons surtout des actes qui protègent les collègues et confortent cette autorité sur le terrain.

 

Les EPSF

 

L'amendement qui permettait la création des Établissements Publics des Savoirs Fondamentaux a été supprimé. Les EPSF sont néanmoins réintroduits dans une version remaniée. M. Brisson, sénateur LR et rapporteur, déclare que leurs nouvelles modalités de création donnent "de solides garanties aux élus locaux, aux enseignants et aux parents".

 

Le SNE s'oppose toujours à la création de ces établissements, projet qui ne répond en rien aux besoins de la majorité des écoles. Il salue toutefois la volonté d'impliquer l'ensemble des acteurs dans son éventuelle mise en œuvre, qui permettrait de ne rien imposer aux équipes en place. C’est ce que nous avions demandé lors de nos entrevues au ministère.

 

La direction d'école

La commission du Sénat a avancé l'idée d'un directeur avec une autorité hiérarchique sur les collègues. 

Le SNE défend un directeur reconnu dans sa spécificité, doté des moyens de remplir ses fonctions et rémunéré en tant que tel. L'idée d'un nouveau rapport hiérarchique doit être explicitée : en aucun cas le SNE n’acceptera que les directeurs deviennent les évaluateurs des enseignants !

 

Les débats seront encore longs. Le vote final au Sénat est prévu mardi prochain. Nous ferons alors un point qui ne sera que d'étape puisque la loi ne sera pas encore définitivement promulguée.

 

D’ici là, Vous pouvez compter sur le SNE pour continuer à peser sur les débats et obtenir le meilleur pour l'avenir de notre profession.

Philippe Ratinet

Secrétaire Général aux Publications

SNE -  Syndicat National des Ecoles

© 2017-2019 Syndicat National des Écoles - Directeur de la publication : Laurent Hoefman, président du SNE

Contact SNE  : Laurent Hoefman president@sne-csen.net

facebook.png
2019-11_SNE_Préservons_nos_retraites.jpg