ACTUALITÉS NATIONALES

2 décembre 2019

Direction : simplification, oui mais pas que...

Pour le SNE, la simplification des tâches, même si elle est bienvenue, n’est pas la solution au problème de la direction d’école : un directeur remplit en effet plusieurs rôles (les rôles d’ailleurs dévolus à au moins 6 personnes dans un collège : principal, principal adjoint, CPE, surveillant, secrétaire, gestionnaire…). Ces rôles sont incompressibles, car ils sont nécessaires au bon fonctionnement d’une école.

Bon nombre de directeurs sont prêts à assumer la complexité de la fonction de directeur d’école et les responsabilités inhérentes au métier.

Tout comme le SNE, les directeurs réclament avant tout :

  • la reconnaissance de leur métier : évolution statutaire (statut fonctionnel spécifique) qui leur garantirait une revalorisation salariale spécifique et l’obtention des moyens ci-après.

  • des moyens accordés pour réaliser leurs missions : temps de décharge, secrétariat pérenne et de qualité, formation de qualité permettant d’appréhender efficacement les exigences du quotidien, matériel bureautique et accès internet ad hoc...

Mais puisqu’on nous sollicite sur la simplification des tâches, nous vous dressons la liste des améliorations possibles, qui pourraient faire gagner du temps, ou tout au moins éviter d’en perdre :

  • Recentrer la direction d’école vers ses missions de pilotage : le PAI devrait uniquement être rédigé par un médecin à l’aide d’un formulaire national et transmis à l’école pour application directe ; de même, le PPMS et le DUER devraient être réalisés par un gendarme, un pompier ou un référent sécurité…

 

  • Contraindre les mairies à assurer leurs missions : les mairies devraient procéder aux inscriptions (comme inscrit dans la loi) et vérifier les vaccinations obligatoires à jour. En ayant accès à  ONDE, les mairies auraient de ce fait accès à tous les renseignements nécessaires et utiles : dès lors, les directeurs n'auraient plus à leur transférer.

  • Redonner du sens aux décisions des directeurs et des conseils des maîtres par une plus grande autonomie de gestion :

    • application stricte du décret de 1989 et du référentiel métier de 2014 notamment sur la responsabilité de l’élaboration de la structure pédagogique et le redoublement (l’IEN émet un avis mais ce sont le directeur et le conseil des maîtres qui proposent et décident) 

    • organisation des élections de parents d’élèves uniquement s’il y a plusieurs listes

    • aménagement de l’emploi du temps de la scolarité des 3 ans sans passer par l’IEN 

    • gestion libre des 108h avec l’équipe pédagogique en fonction des besoins de l'école ;

    • validation du projet d’école uniquement via le conseil d’école 

    • mesures disciplinaires : les directeurs et les conseils des maîtres devraient - comme dans le second degré - pouvoir se constituer en conseil de discipline et statuer sur de possibles sanctions allant jusqu’à une exclusion temporaire (cela pourrait voir le jour dans le règlement type départemental) 

 

 

  • Améliorer et optimiser l’utilisation de l’outil ONDE :

    • supprimer le registre matricule papier au profit de l’utilisation unique du registre numérique (doublon) 

    • permettre à ONDE de générer le cachet de l’école et la signature du directeur de manière automatique 

    • avoir à disposition des formulaires nationaux (réunions d’équipes éducatives, PPRE, PAP, IP, déclaration d’accident…) 

    • pouvoir générer facilement des listes critériées pour tous les élèves de l’école ou certains (droit à l’image, assurances, téléphones, PPRE, PAI, suivi RASED, intervenants extérieurs, APER, APS, savoir-nager, Niveau A1……), dans un format modifiable 

    • prélever les informations de ONDE pour préremplir les enquêtes (classes, effectifs, PPRE, niveau A1…).

 

  • Transformer EDUCONNECT à la manière des applications du second degré : le directeur n’aurait plus à gérer la saisie fastidieuse des numéros de téléphone ou adresses mails des familles

 

  • Améliorer l’utilisation des plates-formes académiques (EDULINE, ACCOLAD...) : avoir une plateforme unique (actuellement GeDeon, TRIBU…) où l’ensemble des documents relatifs au fonctionnement des écoles se trouveraient : ramification nationale, de circonscription, limitée à l’école…

 

  • Améliorer la gestion du webmail académique :

    • constituer une newsletter hebdomadaire regroupant toutes les informations émises par la DSDEN et l'IEN au lieu de multiplier les mails.

    • bannir les doublons (IA et IEN, voire Recteur et Préfet).

    • bloquer tous les messages publicitaires d’associations ou de sociétés non affiliées Education nationale.

    • envoyer systématiquement directement aux enseignants les messages les concernant (formations, codes d’accès évaluations nationales, changement d’échelons, promotions, certificats d’installation, feuilles de congés…) sur leur boîte professionnelle personnelle.

 

Le SNE ne manquera pas d’informer le ministère sur ce sujet lors d’une rencontre planifiée début décembre.


En attendant, n’oubliez pas que ce que vous pouvez faire demain, vous pouvez aussi le remettre à plus tard, quand vous aurez le temps.

Geoffrey Capliez

Secrétaire général

Olivier Bultel

délégué SNE 62

SNE -  Syndicat National des Ecoles

© 2017-2019 Syndicat National des Écoles - Directeur de la publication : Laurent Hoefman, président du SNE

Contact SNE  : Laurent Hoefman president@sne-csen.net

facebook.png
2019-11_SNE_Préservons_nos_retraites.jpg