ACTUALITÉS NATIONALES

8 mai 2020

Une reprise sur les chapeaux de roues

Les dernières semaines ont été intenses au niveau du dialogue social. Celui-ci n’a pas été vain. Plusieurs revendications du SNE ont été validées par le dispositif ministériel. Il reste néanmoins de nombreux points d’achoppement.

 

Le gouvernement a des difficultés à rassurer les enseignants : la dichotomie entre le discours qui explique que les enfants ne seraient que très peu vecteurs du virus et le protocole sanitaire extrêmement exigeant inquiète la profession.

 

La reprise des enfants de moins de 5 ans

 

Le SNE a proposé une rentrée pour les TPS, PS et MS en septembre mais n’a pas été suivi sur ce point par le gouvernement. Celui-ci reste sur sa logique de classes prioritaires mais avec pour objectif d’accueillir tous les élèves de primaire d’ici début juillet.

 

Au-delà des gestes barrières impossibles à mettre en œuvre pour ces élèves, au SNE nous redoutons des effets psychologiques néfastes sur les élèves de maternelle.

 

Le volontariat des parents

Le volontariat des parents fait passer notre école républicaine pour une garderie nationale. Que le gouvernement le dise clairement, on pourrait à la rigueur l’entendre en ces temps de crise sanitaire inédite.

 

Outre les difficultés d’organisation pour les équipes enseignantes que cela entraîne, ce volontariat des parents risque de creuser davantage les écarts entre les élèves : nous le savons, ce ne sont pas les élèves "décrocheurs" qui vont se présenter en premier. Dans certaines écoles on parle de 10% des élèves qui seraient présents, et les élèves les plus en difficulté n'en feraient pas forcément partie.

 

L'impression que cela donne n'est d'ailleurs pas un réel volontariat des parents : dans la grande majorité des cas, les familles qui ont vraiment le choix (possibilité de garder ou de faire garder leurs enfants) ne remettent pas leurs enfants à l'école.

 

Au SNE, nous rappelons que beaucoup d’enseignants sont également des parents d’élèves. Ont-ils le choix eux aussi de remettre ou non leurs enfants à l’école ? Il semble que non puisque rien n’est prévu. Ces enseignants-parents ne demandent pas un arrêt de travail mais de travailler en distanciel. Pour le moment ce droit ne leur est pas officiellement accordé.

Le SNE a saisi directement le ministère sur cette question et attend une réponse écrite du ministère qui permettra aux enseignants d'avoir les mêmes droits sur tout le territoire.

Manque de consignes claires

Dans certaines académies, le flou est de rigueur, car les consignes souvent  interministérielles tardent à venir. Les circulaires de cadrage académiques, quand elles existent, ne font pas cas de certaines situations, faute d’éléments sur lesquels s’appuyer. Dans certaines académies, les enseignants, ne connaissent toujours pas, par exemple, la procédure à suivre pour demander à travailler en distanciel s’ils sont personnels vulnérables.

 

Il y a, chez beaucoup d’enseignants, un sentiment d’impréparation et de précipitation de la part de notre hiérarchie.

 

 
La sécurité sanitaire avant tout

 

Dès le premier jour, le SNE a défendu la nécessité d’assurer la sécurité des personnels.

 

Les mesures adoptées valident notre revendication. Le protocole sanitaire qu’il nous faut aujourd’hui appliquer et adapter à la réalité de nos écoles est aussi strict que protecteur. On peut cependant déplorer que les délais soient bien trop courts pour le mettre en œuvre sereinement.

 

La reprise doit d’ailleurs être différée si le protocole ne peut pas être respecté.

 

La question de la disponibilité des masques est désormais posée. L’administration doit nous en distribuer. Les quantités mises à disposition actuellement ne permettent souvent de travailler que quelques jours. Or, sans eux, nous ne pourrons plus accueillir nos élèves. C’est une situation préoccupante à laquelle notre administration devra remédier rapidement.

 

 

Le double travail

 

Notre syndicat a martelé ce point de vue : le double travail est inacceptable.

 

Nous avons été entendus. La circulaire prévoit bien qu’un enseignant qui effectue un travail à plein temps en présentiel n’a pas à assurer du télétravail. Pour le SNE, il s’agit aussi d’autoriser les enseignants si besoin à alterner travail en présentiel et en distanciel, en s’organisant en équipe. Certes, ces aménagements sont compliqués à établir sur le terrain, mais les équipes bénéficient d’une réelle souplesse d’organisation qui doit pouvoir les rendre possibles, quand leurs IEN acceptent de leur laisser cette liberté.

 

C’est une confiance que le SNE avait réclamée pour les professionnels consciencieux que sont les enseignants. Cette confiance aux conseils des maîtres doit s’appliquer dans les faits sur tout le territoire. Ce n’est pour le moment pas le cas partout.

 

 

Une considération appuyée pour les directeurs

 

Le SNE a aussi pointé le rôle clé que jouent et joueront les directeurs dans la réussite de la reprise. Nous avons demandé à ce qu’ils bénéficient de plus de temps de décharge afin de remplir toutes les nouvelles missions qui leur incombent aujourd’hui.

 

Notre syndicat a, là encore, été suivi. Les directeurs ont la possibilité de ne pas reprendre leur charge d’enseignement pour les premières semaines.

 

Dans ce contexte, la relation maire / directeur est primordiale. Or, celle-ci n'est pas toujours aisée. Cela peut engendrer localement de vives tensions. Un statut de directeur permettrait de résoudre ce genre de problématiques.

 

Le SNE vous accompagne

 

Malgré les acquis obtenus par le SNE lors du dialogue social, nous demeurons pleinement conscients des réalités et des difficultés d’organisation considérables rencontrées sur le terrain. Dans notre syndicat, tous les responsables (des délégués locaux au président national) sont en poste. Parce que nous sommes collègues, nous connaissons et partageons vos soucis.

 

C’est donc en toute lucidité que nous sommes prêts à vous conseiller et à vous assister pour réussir cette reprise.

Matthieu Verdier

Secrétaire académique Occitanie, secrétaire général

Philippe Ratinet

Secrétaire académique Lyon, secrétaire général aux publications

SNE -  Syndicat National des Ecoles

© 2016-2020 Syndicat National des Écoles - Directeur de la publication : Laurent Hoefman, président du SNE

Contact SNE  : Laurent Hoefman president@sne-csen.net

facebook.png