ACTUALITÉS NATIONALES

4 juin 2020

Les enseignants restent des parents comme les autres au mois de juin

Dernière minute : la mise à jour du 5 juin change tout !

(à lire en bas de page)

La question du choix d'envoyer ses enfants ou pas à l'école pour cette fin d'année s'est posée à tous les parents de France dont les enfants sont en âge d'être scolarisé.

 

Les enseignants parents d'élèves sont, avec la réouverture des écoles et la priorité d'accueil accordée à leurs enfants, dans une situation très particulière.

Peuvent-ils eux aussi profiter de la règle du volontariat pour le retour de leurs enfants à l'école ? Que se passe-t-il professionnellement s'ils s'y refusent ?

Les choses étaient claires, mais seulement pour le mois de mai. La mise à jour du 3 juin de la FAQ du ministère a éclairci ces questions pour le mois de juin.

 

Le ministère indique que « Les personnels enseignants qui souhaitent garder leurs enfants et ne pas les confier à la crèche ou à l’école alors qu’ils en ont la possibilité seront mobilisés par leur responsable hiérarchique pour la continuité pédagogique. »

 

C'est donc le droit au choix qui est désormais officiellement reconnu à tous les enseignants jusqu'à la fin de l'année. Qu'il puisse s'exercer sans aucun préjudice salarial est un avantage indéniable que permet le recours au télétravail. 

Cette mesure a été défendue très tôt par le SNE au ministère (à lire ici). Notre syndicat se réjouit donc tout particulièrement de cette décision.

5 juin 2020

Dernière minute !

La FAQ du 3 juin nous avait rassurés sur la possibilité pour un enseignant qui choisissait de ne pas scolariser ses propres enfants d’effectuer du travail en distanciel...

Mais la mise à jour du 5 juin a depuis pernicieusement précisé que cette possibilité est corrélée aux incontournables nécessités de service...

"Les personnels enseignants qui ne souhaitent pas confier leurs enfants à la crèche ou à l’école alors qu’ils en ont la possibilité et qui attestent sur l’honneur ne disposer d’aucune solution de garde alternative seront mobilisés, prioritairement et sous réserve des nécessités du service, par leur responsable hiérarchique pour la continuité pédagogique à distance assurée pour les élèves que leurs parents ont choisi ne pas confier à l’école."

Sur la forme comme sur le fond, cette façon de modifier sans cesse la règle est inadmissible pour le SNE. C’est accorder bien peu de considération aux personnels et à leurs représentants que de procéder de la sorte.

Au final, un DASEN pouvant invoquer les nécessités de service comme il le veut, cela signifie en clair que ce droit, pourtant acquis à tous les autres parents, ne pourra sans doute pas s’exercer pour les enseignants.

Il est temps que cette année scolaire se termine…

​​Laurent Hoefman

Président du SNE

SNE -  Syndicat National des Ecoles

© 2016-2020 Syndicat National des Écoles - Directeur de la publication : Laurent Hoefman, président du SNE

Contact SNE  : Laurent Hoefman president@sne-csen.net

facebook.png