ACTUALITÉS NATIONALES

12 octobre 2020

L’accompagnement tout au long du parcours professionnel

GT ministériel du 08/10/2020

Aujourd’hui, c’est surtout le manque d’accompagnement, surtout d’accompagnement individuel, qui est patent.

 

La volonté ministérielle actuelle est à l’amélioration sur ce point. Le SNE apporte donc aux travaux qui sont lancés son analyse d’expert du terrain du premier degré.

 

Un accompagnement clair et périodique

Pour le SNE, cet accompagnement doit avoir lieu avant et après les RDV de carrière. Il doit être bienveillant.

 

Les PE attendent cette bienveillance qui, bien qu’au cœur de toutes les directives que l'on nous donne depuis quelques années fait cruellement défaut à leur égard. Sans elle, comment se sentir en confiance lors des formations et progresser en les pensant utiles ? Ce manque de bienveillance explique d’ailleurs peut-être la méfiance et le rejet des nouvelles formations en constellation.

Le SNE réclame un cadrage national des modalités et procédures d’accompagnement, comme c’est le cas pour le second degré.

 

L’accompagnement collectif ne part toujours pas des besoins

Aujourd’hui, l’accompagnement s’effectue également via les animations-formations pédagogiques. Cette année, la formation via constellations s’est mise en route.

Pour le SNE il est impensable qu’il s’agisse là du seul mode d’accompagnement des enseignants. Ces formations sont d’ores et déjà perçues comme contraignantes et stressantes tant en raison de la charge de travail induite que des visites en classe supplémentaires.

Pour notre syndicat, les collègues espéraient plutôt des réunions de conseils de maîtres avec les CPC lors desquelles ils auraient pu faire émerger leurs besoins ou demandes de formation d’équipe ou individuelles.

 

Le SNE réclame le retour des stages de formation longs, sur deux ou trois semaines.

 

Pour un accompagnement individuel et individualisé

Le SNE suggère que des rdv avec des conseillers RH de proximité soient proposés aux enseignants plusieurs fois dans leur carrière. Les enseignants seraient libres de s’y présenter ou non.

Passer par un tiers neutre permettrait d’exprimer son mal-être ou ses difficultés sans crainte d’une incidence négative sur une évaluation lors d’un rdv carrière à venir.

 

Notre syndicat plaide pour que cet accompagnement soit un temps de valorisation des points forts, l’occasion de prodiguer des conseils (voire de proposer des séances toutes prêtes qui fonctionnent) et surtout pas une évaluation.

 

Actuellement, des repères de progressivité sont proposés pour tous les niveaux du CP au CM2.

Le SNE propose d’aller plus loin, de fournir des programmations et des progressions toutes faites pour tous les niveaux et dans toutes les matières. Ceci serait à titre indicatif et chaque PE aurait le libre choix de les utiliser, de les moduler…

 

Le ministère a fourni un travail de qualité pour la mise en place du site consacré à la mobilité.

Notre syndicat suggère de construire un site sur le même modèle concernant la RH. Ce site proposerait les nombres de demandes et d’accord nationalement mais également département par département pour les critères suivants : demandes de démissions, de ruptures conventionnelles, de changement de corps, de formation, demande de détachement, de mises en disponibilités, de congés pour accompagnement d’un proche…

 

Nous partons de très loin en matière d’accompagnement. Notre syndicat espère que des changements réels et positifs seront apportés le plus rapidement possible pour que la formation ne soit plus synonyme de punition et que les collègues se sentent enfin soutenus dans leur pratique et leurs projets.

 

Olivier Bultel

Délégué SNE

Emmanuel Caron

Secrétaire académique Hauts de France

Philippe Ratinet

Secrétaire général aux publications

SNE -  Syndicat National des Ecoles

© 2016-2020 Syndicat National des Écoles - Directeur de la publication : Laurent Hoefman, président du SNE

Contact SNE  : Laurent Hoefman president@sne-csen.net

facebook.png