ACTUALITÉS NATIONALES

27 avril 2021

FAQ : les nouveautés au 26 avril

Pour une fois, le protocole sanitaire applicable dans les écoles est resté globalement stable. Nous n’avons pas eu à tout réorganiser juste avant la rentrée. Néanmoins, certains points ont évolué. La FAQ  les aborde. Ils méritent que l’on s’y attarde.

 

 

Le non accueil des élèves en cas d’absence non remplacée

Il s’agit d’une mesure phare qui balaye les habitudes prises depuis de longues années dans nos écoles. Le SNE l’avait fortement réclamée.

 

Nous voulons croire qu’elle peut préfigurer l’avenir avec enfin une gestion officielle des cas de non remplacement d’un enseignant.

21-04-27 evolutions du protocole.jpg

Nous avons détaillé les tenants et les aboutissants de cette mesure dans un article qui lui est exclusivement consacré à lire ici : "Pas d'enseignant, pas d'élèves".

 

Les cours d’EPS

 

Pour notre syndicat, il manque encore un justificatif officiel national à fournir aux parents en cas de non accueil de leur enfant (enseignant non remplacé ou fermeture de classe). Ce justificatif existe déjà dans certains départements. Il serait pratique de le généraliser. Notre syndicat en a fait la demande expresse au ministère ce mardi 27 avril.

« La pratique à l’intérieur n’est pas autorisée jusqu’à nouvel ordre, y compris les activités de « basse intensité » et les activités aquatiques dans les piscines, sauf pour les activités de motricité qui sont, quant à elles, autorisées en intérieur en école maternelle. »

La consigne est claire et règle le problème de l’activité en piscine. Le SNE avait fait remonter cette problématique très spécifique au ministère. L’instruction qui a été émise rassurera les nombreux collègues qui nous avaient fait part de leurs inquiétudes à ce sujet.

 

La fermeture de classe dès le premier cas

Le SNE avait réclamé l’application de cette mesure à tout le territoire. Elle entraînera un plus grand nombre de fermetures, mais elle est nécessaire pour protéger les enseignants et leurs élèves.

 

La FAQ distingue bien si le cas confirmé est un enseignant ou un élève.

« La survenue d’un cas confirmé parmi les élèves conduit à la fermeture dans les meilleurs délais et au plus tard le lendemain, de la classe concernée quel que soit le niveau (école maternelle, école élémentaire, collège ou lycée) pour une durée de 7 jours. Les responsables légaux des élèves sont immédiatement informés. Cette information vaut justificatif de la suspension de l’accueil des élèves.»

« L’apparition d’un cas confirmé parmi les personnels n’implique pas automatiquement la fermeture de la classe. »

 

Le port permanent du masque, notamment, fait que l’enseignant n’est pas automatiquement considéré comme cas contact à risque.

Le SNE regrette cette position qui ne prend pas compte le fait que, en dépit du masque, les enseignants sont régulièrement en contact avec des zones potentiellement infectées, des rampes, des poignées de porte, les cahiers ou travaux à corriger.

Pour notre syndicat, d'un point de vue sanitaire, il ne devrait pas y avoir de distinguo entre les personnes présentes dans un même local, élèves ou enseignants.


 

Le retour en classe des élèves

 

L’éviction de classe dure 7 jours.

En élémentaire, pour que le retour en présentiel soit possible, «  à l’issue de la période de fermeture, les responsables légaux des élèves devront attester sur l’honneur de la réalisation d’un test par l’élève et du résultat négatif de celui-ci. En l’absence d’une telle attestation, l’éviction scolaire de l’élève sera maintenue jusqu’à la production de cette attestation ou à défaut pour une durée maximale de 14 jours.»

 

En maternelle, « La réalisation d’un test RT-PCR sur prélèvement salivaire pour les enfants de moins de 6 ans est recommandée sans toutefois être obligatoire. Le retour à l’école pourra intervenir dans les délais suivants :

- Pour les contacts à risque hors foyer, après 7 jours d’isolement à compter du dernier contact avec le cas confirmé en l’absence de symptômes évocateurs de la Covid-19.

 - Pour les contacts à risque du foyer, après 7 jours en l’absence de symptômes évocateurs de la Covid-19 après la guérison du cas confirmé (10 jours après l’apparition des symptômes ou 10 jours après le prélèvement positif pour les cas asymptomatiques) soit après 17 jours. »

Le déploiement des tests

 

Qu’ils soient salivaires pour les élèves du premier degré ou à réaliser en autonomie deux fois par semaine pour les personnels, les tests seront plus accessibles, plus répandus.

Lundi 26, la haute autorité de santé a conclu « que ces tests (auto-tests et tests antigéniques) peuvent être un outil de dépistage chez les moins de 15 ans » et qu’ils sont « pertinents pour briser les chaînes de contamination, notamment en milieu scolaire ».

 

Le SNE espère maintenant que cet avis sera suivi d'effet et que des auto-tests seront accessibles gratuitement pour tous les élèves.

 

Mieux détectés, plus de cas avérés pourront être isolés. La réalisation régulière de tests représente un élément important de lutte contre la pandémie. Le SNE en avait régulièrement demandé la mise en place.

 

Et la vaccination des enseignants volontaires ?

 

Le ministère permet dorénavant d’obtenir une ASA si le créneau donné à un collègue est sur son temps de travail. C’est un petit geste, mais il va dans le bon sens.

 

La question de la vaccination reste cependant un point de déception important pour notre syndicat. Nous regrettons que les trois semaines de fermeture des écoles n’aient pas été mieux mises à profit sur ce point.

Notre syndicat demande que l’accès à la vaccination soit maintenant ouvert à tous les enseignants volontaires.

​​

Philippe Ratinet

Secrétaire général aux publications

SNE -  Syndicat National des Ecoles