ACTUALITÉS NATIONALES

24 juin 2021

Revalorisation : le SNE défend le primaire
Propositions du SNE pour la répartition des 255 + 155 millions

Le SNE, fidèle à son habitude, est force de proposition dans le cadre des négociations actuelles sur la revalorisation du métier d’enseignant.

 

Suite au premier groupe de travail du 14 juin sur la revalorisation, notre syndicat a adressé cette semaine au ministère les options qu’il soutient et des propositions chiffrées de mesures en faveur des enseignants du premier degré.

Le prochain rendez-vous avec le ministère à ce sujet est fixé au lundi 28 juin.

Les choix du ministère
 
255 millions pour l’attractivité du métier d’enseignant
21-06-24 propositions SNE revalorisation

Le ministère a indiqué lors du premier GT1 du 14 juin qu'il comptait réitèrer son choix de 2021. Il entend utiliser 255 millions d’euros pour porter à nouveau un effort financier dégressif sur les échelons 2 à 7 ou 8 (selon les hypothèses) de la classe normale, sans distinguo entre professeurs des écoles, certifiés et agrégés.

 

Selon l’OCDE (dans Regards sur l’éducation), les enseignants français les plus en retard par rapport à la moyenne des pays de l’OCDE sont ceux qui ont entre 10 et 15 ans d’ancienneté.

 

Pour le SNE, si le ministère persiste, il va rater les personnels qui devraient être la cible principale de ces mesures de revalorisation.

155 millions pour des mesures catégorielles

 

Ces mesures doivent être négociées lors des prochains "GT1" prévus le lundi 28 juin et le lundi 5 juillet.

 

Pour le SNE, les enseignants du primaire doivent bénéficier d’une augmentation de leur niveau de rémunération. Ils sont recrutés au même niveau que les professeurs certifiés, payés sur la même grille indiciaire, mais il perçoivent une rémunération réelle en deçà de celle des certifiés et  une rémunération horaire très en deçà de celle des certifiés.

 

Les propositions du SNE

Concernant la prime d'attractivité (255 millions)

 

Renouveler l’effort financier sur le tout début de carrière conduirait aussi à lisser encore le déroulement de la carrière et à gommer les perspectives d’avancement salarial.

 

Notre syndicat estime qu’une carrière vouée à stagner financièrement des années durant n’est pas plus attractive.

Le SNE a donc d’abord adressé au ministère deux nouveaux scénarios de répartition des 255 millions :

- L’un fait porter les augmentations principales sur les échelons 6 à 8 pour augmenter en priorité les collègues les plus en retard ;

- L’autre répartit les sommes disponibles sur la quasi intégralité de la classe normale de manière à préserver une progression salariale.

Concernant les mesures catégorielles (155 millions)

Avec plus de 20 ans de retard, il est grand temps de tirer toutes les conséquences de la création du corps des professeurs des écoles en 1989. C’est une question d’équité entre les professeurs.

 

Pour ce faire, en ce qui concerne l’emploi les mesures catégorielles à créer pour 2022, SNE revendique a minima l’une des deux mesures suivantes :

Proposition 1 : la création d’une indemnité de vie scolaire pour les enseignants du premier degré

Cette indemnité serait un signe fort en direction des enseignants du premier degré. Elle permettrait de reconnaître la spécificité de l’exercice de leur profession.

 

Cette indemnité se baserait sur des critères objectivement quantifiables. Elle rémunérerait :

- le temps d’accueil avant la classe (2x10 minutes quotidiennes)

- le temps d’accompagnement des élèves à la sortie de la classe (2x10 minutes quotidiennes)

- le temps consacré au suivi des absences (appel aux familles, vérifications administratives…)

 

Ce sont donc, a minima, 45 minutes par jour de classe entier qu’il faudrait rémunérer soit 108 heures annuelles pour un rythme hebdomadaire de 4 jours et 123 heures pour un rythme hebdomadaire de 4,5 jours.

 

Le SNE suggère que le montant de la rémunération de ces heures soit celui des taux maximums prévus par le BO du 2 septembre 2010 (MENF1000739N) pour la surveillance des élèves. Le versement serait mensuel.

 

Ce qui donnerait :

21-06 propositions SNE vie scolaire.png

Proposition 2 : l’alignement du montant de l’ISAE avec celui de l’ISOE

 

Cette mesure présenterait plusieurs avantages.

 

Elle permettrait de conserver l’égalité de traitement entre les corps (professeurs des écoles, certifiés, agrégés), ainsi que l’ont souhaité plusieurs autres organisations syndicales lors des précédents groupes de travail.

 

C’est une mesure objective. En effet, tous les PE devant élèves exercent toutes les responsabilités et obligations d’un professeur principal du second degré. Il serait légitime qu’ils perçoivent aussi l’équivalent de la part variable de l’ISAE dont bénéficient les collègues certifiés.

 

Puisque plus de 80 % des PE sont des femmes, cette mesure permettrait aussi de réduire les écarts de salaire qui existent entre hommes et femmes.

 

Enfin, cette mesure aurait un effet bénéfique pour les agents sur le calcul de la retraite.

C’est à un rendez-vous d’ampleur avec l’amélioration des conditions de travail et de la rémunération des enseignants du premier degré que le SNE a convié le ministère. Nous ne manquerons pas de lui rappeler cette invitation si cela s’avère nécessaire.

Philippe Ratinet

Secrétaire général aux Publications

POUR une égalité salariale entre le premier et le second degrés

 

Au mois de juin 2021, le SNE sera présent dans les instances qui décideront de la répartition de la revalorisation promise lors du Grenelle .

Nous y défendrons les enseignants du premier degré, ceux que nous sommes les seuls à représenter exclusivement.

Faites entendre votre voix : soutenez notre action en signant notre pétition.

sne-csen.net 20-11-12 petition.png

SNE -  Syndicat National des Ecoles