ACTUALITÉS NATIONALES

29 septembre 2021

Masques, brassage des élèves :
le SNE demande de la cohérence

Lundi 27/09, le SNE était présent au point sanitaire du ministère.


A cette occasion, l’administration a présenté des chiffres encourageants sur le recul du nombre de classes fermées et sur l’avancée de la vaccination chez les enseignants. Elle a aussi présenté un nouveau dispositif de dépistage.

Bientôt la fin des fermetures automatiques de classe ?


A titre expérimental, plusieurs départements vont essayer de proposer un test à tous les élèves d’une classe où un cas positif au covid est détecté.

COHERENCE protocole sanitaire.001.png.001.png

 

Désormais, la classe de cet élève ne fermera plus automatiquement. Un test sera proposé à tous les élèves. Ceux qui seront négatifs resteront en classe. Les autres, avec les élèves qui auront refusé le test, seront isolés.


Pour le SNE, si cette mesure est validée du point de vue sanitaire, il s’agit d’une décision qui pourrait être intéressante pour les élèves et pour les enseignants. Dans l’idéal cette situation n’imposerait aucun télétravail à l’enseignant. Il lui suffirait de transmettre leçons et exercices à son élève comme si ce dernier avait une angine ou une grippe.

 

Toutefois, notre syndicat a souligné que des difficultés matérielles risquaient de perturber grandement ce dispositif, comme la réactivité des laboratoires et les procédures administratives induites pour l’école concernée.

 

Même si ces difficultés étaient surmontées, le taux d’acceptation des tests serait un écueil majeur. Comme ce taux induirait la quantité d’élèves placée d’office en isolement, s'il demeurait aussi bas qu’aujourd’hui, les enseignants concernés se retrouveraient avec deux moitiés de classe à gérer en même temps en présentiel et en distanciel. Une situation qui serait aussi intenable qu’inacceptable pour les enseignants.

Le SNE demande de la cohérence


Concernant le port du masque, notre syndicat a demandé des éclaircissements au ministère. Le port du masque ne sera plus obligatoire pour les enfants dans certains départements à partir du 4 octobre. Les élèves ne sont pas vaccinés. Un grand nombre d'enseignants le sont. Le taux d’incidence est supérieur chez les enfants à celui de la population générale dans un nombre non négligeable des départements qui seront concernés.

 

En conséquence, le SNE a demandé à ce que, dans les départements qui reviennent au niveau 1, les personnels vaccinés qui le souhaitent puissent retirer leur masque. Ils retrouveraient ainsi des conditions d’exercices plus simples et plus d’efficacité au plan pédagogique dans certaines matières.


Par ailleurs, le ministère et les autorités de santé préconisent la règle du non-brassage. Or, la FAQ indique qu’en cas de non remplacement d’un enseignant, les élèves doivent être répartis dans les autres classes.


Le SNE a rappelé que la majorité des écoles de France comporte moins de 5 classes, que cela aboutit à entasser les uns sur les autres des élèves dans des locaux parfois déjà exigus pour une seule classe ou à mélanger des élèves que l’on nous enjoint par ailleurs de séparer le plus possible.


Notre syndicat a donc demandé à ce que la règle du non-accueil des élèves en cas d’absence non remplacée redevienne la norme ou que le ministère aille au bout de sa logique et annonce que le non-brassage des élèves n’est plus nécessaire et que toutes les conséquences organisationnelles puissent en être tirées sur le terrain.

Philippe Ratinet

Secrétaire général aux publications

NOS IDÉES POUR L'ÉCOLE

SNE -  Syndicat National des Ecoles