ACTUALITÉS NATIONALES

4 octobre 2021

PPCR et fin de carrière

Lors de la dernière réunion du « groupe de travail 2 » dans le cadre de l’agenda social, le ministère a expliqué au SNE et aux autres syndicats représentatifs que : « les RDV de carrière sont à présent bien installés. Le regard sur la pratique professionnelle qu’ils permettent en constitue le cœur.

À côté de ces rendez-vous, le développement de la RH de proximité doit permettre, à l’initiative de l’agent, de développer des bilans de compétences et une réflexion sur la carrière.

Mais parce qu’ils constituent des rendez-vous fixes et obligatoires pour les agents, les RDV de carrière doivent permettre, à côté de l’échange sur la pratique professionnelle et la réussite des élèves, d’éclairer les agents sur les possibilités d’évolution ».

PPCR ET FIN DE CARRIERE V2.001.png

Des objectifs différents pour chaque rendez-vous de carrière

 

Le Ministère souhaite fixer des points forts pour chaque RDV de carrière. Ces thématiques seraient privilégiées mais ne seraient pas exclusives.

 

  • le 1er RDV (échelon 6) serait axé sur la pratique professionnelle, sur le parcours de formation nécessaire à sa consolidation, sur une éventuelle réorientation vers d’autres missions lorsque l’enseignant estime « qu’il s’est trompé de métier » ou encore sur les possibilités d’accès à d’autres fonctions ou d’autres tâches.

     

  • le 2ème RDV (échelon 8) pourrait être en particulier l’occasion de signaler aux agents les possibilités d'accès à d’autres fonctions : professeur enseignant maître-formateur (PEMF), enseignement à l’étranger, direction d’école, etc.

     

  • le 3ème RDV (échelon 9) pourrait être entre autres l’occasion de réfléchir à l’accès à des fonctions de direction et d’encadrement.

 

Le SNE a alerté sur l’aspect trop figé de ces focales. Pour notre syndicat, cette nouvelle orientation laisserait moins de marges de manœuvre qu’aujourd’hui aux enseignants qui désirent faire évoluer rapidement leur carrière.

 

Par exemple, un jeune PE pourrait porter à la connaissance de l’IEN de circonscription son souhait de postuler sur des directions d’école après ses deux premières années obligatoires et se voir rétorquer qu’il doit attendre quelques années de plus le passage par la case 1er RDVC ou même recevoir un avis écrit défavorable...

Les motivations de l’agent ne pourraient plus être prises en compte librement. Pire, un objectif de RDVC figé pourrait aboutir à mettre un frein à l’évolution de carrière de l’agent.

 

Pour répondre à cette problématique, le SNE a proposé d'avancer le positionnement du premier rendez-vous de carrière.

 

 

Pour un suivi personnalisé des enseignants en fin de carrière

 

Le Ministère affirme une ambition de mieux suivre ses professeurs en fin de carrière.

 

Le SNE, fort de ce qu’il a avancé au Grenelle de l’Éducation, est heureux de constater que l’aménagement des fins de carrière est devenu une préoccupation de notre administration.

 

L’évolution du métier, la lassitude et les problèmes de santé augmentent avec l’âge et compliquent les années précédant la retraite.

Le format d’inspection n’étant plus adapté pour des personnels ayant fait leurs preuves, le Ministère imagine, pour les enseignants qui le souhaiteraient, un rendez-vous de carrière qui prendrait une autre forme que celle d’une évaluation en classe devant élèves.

 

Le SNE a abordé plusieurs pistes qui permettraient aux intéressés de terminer leur carrière dans des conditions qui leur conviendraient au mieux.

 

Tout d’abord, notre syndicat a plaidé pour la possibilité de demander un 3ème rendez-vous de carrière bis, classique. Ce serait l’opportunité d’obtenir la révision de l’appréciation rendue lors du 3ème RDVC qui est aujourd’hui définitive.

 

Ensuite, le SNE a avancé la possibilité d’un rendez-vous de carrière après le passage à la hors-classe. Celui-ci prendrait la forme d’un entretien entre l’IEN et l’enseignant. Lors de cet entretien les points forts et faibles, les besoins en formation et les perspectives de carrière seraient discutés.

 

Enfin, le SNE a proposé l’instauration d’un stage facultatif entre pairs. D’une durée encore indéterminée, ce stage serait l’occasion d’une part d’affiner certains points et certaines pratiques pédagogiques et d’autre part de proposer un panel d’opportunités nouvelles pour celles et ceux qui en ressentent la nécessité.

 

 

Des possibilités d’aménagements pour la fin de carrière

 

Le SNE a également présenté différentes mesures pour permettre d’aménager les fins de carrière.

 

- le retour de la possibilité d’une cessation progressive d’activité. Ce départ progressif à la retraite pourrait se faire sous forme de temps partiel ou d’un aménagement du temps de travail (3 semaines travaillées alternées avec une semaine de congé…)

 

- la prise de poste à temps partiel ou à temps complet d’un poste administratif comme l’aide à la fonction de direction d’école par exemple ;

 

- le mentorat comme l’accompagnement et l’aide à la prise de fonction de néo-titulaires ;

 

- le retour du dispositif « plus de maîtres que de classes » priorisé en faveur de ces personnels.

 

Une fois encore, le SNE a opté pour la proposition plutôt que l’opposition. Contrairement à d’autres syndicats, le SNE considère que l’intérêt de notre hiérarchie pour les plus âgés d’entre nous est une possibilité d’évolution et non quelque chose à combattre. Vous pouvez compter sur nous pour prendre la plus grande part possible dans les évolutions à venir.

Olivier Bultel et Valérie Amann

Membres du bureau national

SNE -  Syndicat National des Ecoles