ACTUALITÉS NATIONALES

20 janvier 2022

Point sanitaire du 19 janvier:
le SNE demande une prime Covid

Le ministère a réuni les OS le mercredi 19 janvier pour un point sanitaire. Ce fut l’occasion de détailler les mesures prises en faveur des enseignants suite à la grève de la semaine dernière qui furent évoquées dans les échanges avec les ministres le jeudi 13 janvier.

 

Des mesures visant à développer les concertations
  • Une réunion hebdomadaire nationale de suivi  de la situation sanitaire.

point sanitaire et prime covid.001.png
  • Création d’une instance de concertation bi hebdomadaire en présence du Professeur Chauvin, du Haut-Commissariat à la Santé Publique.

  • Cellule de suivi départementale, avec le préfet et le DASEN, et les OS.

  • Instance académique rassemblant l’ARS, le recteur, les membres du CTA ( 2 par fédération).

Le SNE se félicite que le sujet soit enfin débattu régulièrement sur le plan national mais aussi localement. Il est indispensable d’entendre les difficultés au plus près des territoires pour pouvoir s’y ajuster. Ce dernier point est crucial.

 

Notre syndicat a alerté le ministère sur la nécessité que ces réunions puissent déboucher sur des solutions concrètes qui visent à améliorer le quotidien des enseignants. Trop de réunions demeurent stériles. Personne n’a besoin d’en rajouter dans ce domaine, surtout en ce moment.

 

Des mesures d’équipement

  • Masques FFP1: (ou masques chirurgicaux) Dotation de 55 millions de masques mensuellement aux personnels, soit 1 boite de 50 masques par agent.

  • Masques FFP2: Dotation de 5 millions de masques destinés en priorité aux enseignants de maternelle volontaires et aux ATSEM. Par la suite, ils seront proposés aux élémentaires, toujours sur la base des besoins exprimés.

  • Capteurs de CO2: Le ministère devrait encourager davantage les collectivités à investir dans ce domaine, en abondant la réserve de 20 millions d'euros déjà prévue à cet effet.

 

Le SNE ne prône pas particulièrement le port du masque FFP2, mais puisqu’il s’agit d’une possibilité, chacun peut décider de s’en emparer ou pas. Nous l’accueillons donc positivement. La dotation est prévue à hauteur de 8 masques par semaine.

Les capteurs de CO2 ne règlent pas le problème du Covid. Un capteur est juste un indicateur comme un thermomètre. Nous lui préférerions des mesures qui simplifieraient le quotidien des enseignants, des directeurs notamment.

 

Mesures de recrutement

  • 3300 contractuels recrutés jusqu’ à la fin de l’année scolaire

  • Ouverture des listes complémentaires dans le premier degré (800 postes possibles, mais avec de grosses disparités territoriales)

  • 1500 AED (second degré)

  • 1100 vacataires administratifs pour venir en appui aux secrétaires de circonscription

 

Le SNE l’avait déjà dit au Premier Ministre jeudi dernier, aucune de ces mesures ne va simplifier la vie des directeurs d’école. Les choix opérés ici permettront une légère amélioration dans la gestion des remplacements, mais ils ne sont pas satisfaisants.

 

Mesures pédagogiques
  • Report des évaluations nationales mi - CP

  • Calendrier des examens resserré (second degré)

 

Le SNE s’est exprimé au cours d’une réunion spécifique, en demandant que ces évaluations puissent se faire sur la base du volontariat.

 

L'avis du SNE

A l’issue de la présentation de ces mesures, le SNE a rappelé la nécessité de communiquer davantage en direction des personnels, en utilisant les canaux dédiés. Il a demandé davantage de transparence dans la communication à l’égard des syndicats.

Notre syndicat a surtout souligné les insuffisances dans les réponses apportées aux problèmes pratiques du quotidien. Les IEN , les chefs d’établissement bénéficient de moyens humains. Pas les directeurs. Aucune mesure ne modifie la situation actuelle des directeurs et des enseignants du premier degré. C’est inacceptable.

Le protocole ne pouvant être modifié puisque dicté par les hautes autorités de santé, le SNE a suggéré quelques aménagements:

  • Les modalités de contact tracing doivent être précisées : à combien de jours doit-on remonter pour considérer que les élèves sont cas contact ? Actuellement rien n’est dit et cela ouvre droit à toutes les interprétations.

  • Les tests salivaires, bien plus fiables et moins traumatisants, doivent être encouragés. Il faut absolument que lors des campagnes dans les écoles, les laboratoires informent rapidement le directeur d’école s’il y a des cas positifs, leur nombre, et dans quelle classe. Ce n’est pas systématique.

  • L’accueil des enfants de personnels prioritaires n’est pas possible partout et lorsqu’il se fait, il est souvent, mais pas systématiquement, élargi aux enfants d’enseignants par certains DASEN ou IEN. Il faut clarifier cette situation.

 

Enfin, le SNE a rappelé avec force l’importance de l’engagement des équipes dans les écoles, la dureté du travail induite par la crise sanitaire et ses conséquences. Notre syndicat a donc demandé la mise en place d’une prime Covid spécifique en faveur des enseignants en général et plus particulièrement des directeurs d’école.

 

Le SNE maintiendra la pression sur le ministère pour faire évoluer les choses favorablement. Il invite les équipes à se concentrer sur la problématique COVID et à laisser de côté tout le reste pour le moment. N’hésitez pas à nous faire part de toute pression exercée n’allant pas dans ce sens.

 

Laurent Hoefman

Président du SNE

NOS IDÉES POUR L'ÉCOLE

SNE -  Syndicat National des Ecoles