ACTUALITÉS NATIONALES

07 février 2022

Point sanitaire : une prime pour les enseignants,
un protocole plus simple et plus cohérent

Le SNE a participé au point sanitaire ministériel du 2 février. Cette réunion fut l’occasion de constater quelques évolutions positives de la situation sur le terrain. Notre syndicat a néanmoins continué à militer pour la mise en place de mesures pratiques pour simplifier le quotidien dans les écoles, assurer plus de cohérence, prévoir la suite et récompenser les personnels de leur engagement.

Quelques améliorations notables

Le ministère annonce que la situation sanitaire stricto sensu est un peu meilleure que la semaine précédente. Le nombre de cas de contamination recensés diminue, ainsi que celui de classes fermées.

22-02-07 vers le mieux.png

 

Le SNE ne conteste pas les données de l’administration, mais notre syndicat sait, et il l’a rappelé à cette occasion, qu’il faut réaliser ce qui se cache derrière. Les classes ouvertes en cette période sont très loin de toutes fonctionner dans des conditions normales. Les taux records d’absentéisme chez les élèves et les enseignants créent des tensions et des difficultés épuisantes. Assurer la continuité pédagogique relève du défi.

 

Les recrutements annoncés sur les listes complémentaires ont été engagés. Sur les 800 candidats possibles, 600 ont répondu favorablement. Ils ont été recrutés via un contrat et seront titularisés l’année prochaine.

Que des personnes qui sont peu ou pas formées au métier viennent enseigner dans les écoles est un pis aller nécessaire. Que 25 % des candidats possibles aient rejeté l’offre du ministère montre à quel point notre métier est plus difficile que jamais. Cela en dit aussi long sur l’attractivité de la fonction de PE.

 

Les masques FFP2 sont disponibles partout en France. Le ministère ne donne pas de cible particulière en matière de personnels. Tous ceux qui en souhaitent doivent en faire la demande. 

L’option qui est offerte peut rassurer certains collègues. C’est une avancée intéressante pour eux. Le SNE a toutefois eu un certain nombre de retours sur la pénibilité du port de ce type de masques, notamment dans l’exercice quotidien de notre profession. C’est pourquoi notre syndicat avait milité pour le libre choix en matière de type de masque.

 

Simplifier le travail administratif lié à la crise

Le SNE a demandé que le nouveau protocole qui sera rédigé pendant les congés de la zone B soit transmis par voie officielle, avant toute communication médiatique, et suffisamment en amont pour permettre une mise en place sereine. 

 

Le SNE a insisté pour que le protocole reconnaisse que les enseignants sont des personnels prioritaires, et qu’il précise le temps estimé de contagion au niveau du contact tracing.

 

Notre syndicat s’interroge aussi sur la pertinence des attestations sur l’honneur. Elles n’ont aucune valeur juridique et ne garantissent en rien que les tests qui leur correspondent aient été réalisés. Dès lors, où se trouve l’intérêt de les conserver ?

 

Le SNE demande plus de cohérence au point de vue sanitaire

Pour le SNE, lorsque les élèves portent le masque, il faudrait, tout comme les personnels, ne plus les considérer comme cas contact. Cela simplifierait les choses. 

 

Notre syndicat insiste pour que l’on puisse appliquer au milieu scolaire ce qui existe dans la population générale. Si le masque peut être retiré dans la rue, il devrait pouvoir être retiré dans la cour de récréation.

 

Les cas contact intrafamiliaux devraient être systématiquement isolés  car dans la grande majorité des cas, toute la famille finit par être contaminée. Les élèves qui continuent de venir en classe sont de vrais vecteurs de contamination. 

 

Tirer les conséquences pédagogiques de la crise

Le SNE préconise que les évaluations nationales puissent être passées après les vacances d'hiver et qu’elles soient facultatives. Elles demeureraient un simple outil pour les enseignants qui le souhaitent.

 

Pour notre syndicat, l’Éducation Nationale doit anticiper les carences d’apprentissage des élèves consécutives aux absences multiples. Il est nécessaire de prévoir une augmentation des RASED, notamment des maîtres E, pour la prochaine rentrée scolaire.

 

Récompenser l’engagement des personnels

 

Le SNE a rappelé l’ampleur monumentale des efforts fournis par les équipes sur le terrain. Notre syndicat a insisté sur la nécessité de récompenser les personnels de tout ce qu’ils ont accompli et de tout ce qu’ils auront à accomplir pour rattraper l'impact que la crise aura eu sur les élèves et l’Ecole. 

 

Notre syndicat a également pointé du doigt la situation des directeurs qui exercent une veille même pendant leurs congés. Cet impératif s’ajoute à tous les autres et justifie encore plus l’octroi d’une prime exceptionnelle.

 

De simples remerciements ne suffiront ni aux uns ni aux autres. Notre syndicat espère que le ministère aura, contrairement à ces dernières années, la bonne idée d’utiliser pleinement les budgets qui lui sont octroyés pour récompenser ses personnels. Ils le méritent amplement.

Emmanuel Caron

membre du bureau national

NOS IDÉES POUR L'ÉCOLE

SNE -  Syndicat National des Ecoles