ACTUALITÉS NATIONALES

15 mars 2022

Le tract qui détraque l’École

Quelques jours après la rentrée scolaire, dans une école de Charente, des parents d’élèves ont constaté qu’un tract qui leur avait été distribué par l’entremise de l’école était loin d’être idéologiquement neutre. L’émoi fut si grand que les parents ont saisi les services aux plus hauts niveaux à propos de la situation pour placer le directeur sur la sellette. 

 

Les risques de l’excès de confiance
Neutralité et communication.001 (1).png

 

Le directeur pensait diffuser des documents pour une simple manifestation culturelle organisée, entre autres, par des partenaires connus de l’école. Il s’est très vite aperçu de son erreur. Il a fait tout de suite parvenir des excuses à son administration ainsi qu’aux parents d’élèves. Cela n’a pas empêché certains d’entre eux de réagir, voire de surréagir et de mettre en cause la probité du directeur. Dans les faits, derrière la programmation d’une manifestation par une association de protection animale se cachaient en fait des associations militantes, en lien avec des partis politiques. 

 

Dans un tel cas, l’obligation de neutralité de l’École n’était plus respectée. Or, cette obligation ne peut pas être contournée. Elle découle du principe de laïcité. En effet, ce dernier s’applique à la religion mais également à la politique.

 

Une obligation de contrôle

 

Légalement, le directeur n’a pas à s’interroger sur l’opportunité de diffuser les documents émanant des associations de parents d’élèves. Il doit néanmoins contrôler que ces documents respectent le principe de laïcité, les dispositions relatives à la vie privée et prohibant les injures et diffamations et exclure toute propagande en faveur d’un parti politique ou d’une entreprise commerciale. Cela explique que le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a été saisi de la situation ainsi que la préfète de région et la rectrice de l’académie de Poitiers.

 

La réponse du Ministre est sans équivoque : « Attachement profond au respect du principe de neutralité du service public de l’éducation. Il s’impose aux enseignants qui exercent leur fonction devant les enfants à l’égard desquels ils se trouvent en position d’autorité. Aussi l’institution scolaire se doit de protéger la liberté de conscience et d’identité de chacun d’entre eux. »

 

Le SNE vous incite à la prudence pour éviter ce genre de mésaventure. Les documents distribués dans les cahiers de liaison (ou affichés) doivent être en lien avec la scolarité des élèves. Les associations très proches de l'école peuvent diffuser des informations. La municipalité aussi (comme des renseignements à propos du périscolaire), mais uniquement après avoir obtenu l’aval du directeur. Ce faisant, le directeur engage sa responsabilité.

 

Cet événement nous renvoie donc à notre pratique de directeur. Il est impératif de prendre le temps de vérifier le contenu d’un document avant de le diffuser. Même si on pense en connaître l’auteur. Même si l’auteur a conclu une convention avec l’Éducation Nationale. Vérifier scrupuleusement les contenus des documents que nous diffusons constitue une charge loin de nos préoccupations pédagogiques. Elle peut pourtant se révéler lourde de conséquences si l’on n’y prend pas assez garde.

 

Stéphanie Paris

membre du bureau National

NOS IDÉES POUR L'ÉCOLE

SNE -  Syndicat National des Ecoles