ACTUALITÉS NATIONALES

24 mars 2022

Pas la revalorisation attendue pour le 1er degré

Mardi 15 mars, le gouvernement a annoncé une augmentation du point d'indice après les élections présidentielles.

 

Cette nouvelle, pour intéressante qu'elle puisse être, ne constitue en rien ce que nous attendons toujours : une revalorisation des enseignants et plus particulièrement de ceux du premier degré.

 

Un simple retour à une situation antérieure
conditions d'une réelle revalorisation.001.png.001.png.001.png

 

La mesure qui est envisagée vise à prendre en compte l'envolée de l'inflation. Le gel du point d'indice, depuis quasiment cinq ans, a participé à la dégradation du pouvoir d'achat de l'ensemble des fonctionnaires. La hausse des prix est aujourd'hui telle que le niveau de nos rémunérations décroche. Notre niveau de vie dégringole vite, si vite que notre profession se trouve dévalorisée et donc toujours moins attractive. Ajoutez à cela la proximité des élections et vous comprenez l'urgence qui tient le gouvernement.

Tel qu'annoncé, le dégel du point d'indice constitue une mesure conjoncturelle qui vise juste une remise à flots de la situation salariale des fonctionnaires. C'est un élément positif dont le SNE espère que nous pourrons tous nous réjouir. Toutefois, notre syndicat estime qu'il est impossible de s'en contenter. 

 

Le dégel du point d'indice : nécessaire mais pas suffisant

Depuis que le processus de revalorisation a été enclenché par le ministère de l'Education nationale, le SNE a toujours défendu des mesures catégorielles pour le premier degré (sans missions supplémentaires), en plus de mesures générales pour l'ensemble de la profession enseignante.

 

A l'heure actuelle, le niveau de cette « revalorisation » n'est toujours pas connu. S'il se contente de viser le retour à notre pouvoir d'achat d'il y a quelques mois, le dégel du point d'indice ne sera pas un élément de revalorisation suffisant de notre profession. 

En l'état actuel des choses, le premier degré semble destiné à demeurer le parent pauvre de l'Éducation nationale. Vous pouvez compter sur le SNE, seul syndicat à représenter exclusivement le premier degré, pour continuer à travailler pour que cela change.

 

Philippe Ratinet

Secrétaire général aux publications

NOS IDÉES POUR L'ÉCOLE

SNE -  Syndicat National des Ecoles