ACTUALITÉS NATIONALES

22 septembre 2022

Les enseignants du 1er degré n’existent pas encore

Vendredi 16, les personnels de l’Éducation nationale ont tous reçu une lettre du Président de la République. Outre les compliments et encouragements dispensés sur l’engagement des personnels, toujours bienvenus, au moins une question majeure se pose à la lecture de cet écrit.  

 

Le premier degré existe-il pour le Président de la République ?
1er degre oublié.001.png

 

Lorsqu’il parle des enseignants, de leur travail et des moyens à mettre en œuvre pour les valoriser, le Président de la République démontre soit une méconnaissance totale du premier degré, soit qu’il considère que les professeurs des écoles et les instituteurs ne sont pas des enseignants.

Au SNE, nous avons admis que des avancées ont été accomplies lors de ces dernières années en matière de revalorisation des enseignants, sans les distinguer selon leur degré d’exercice. Le Président de la République entend continuer sur cette voie. Pourquoi pas ? Mais ce qu’il préconise nous choque.

 

«Le salaire des enseignants aura ainsi augmenté d’environ 10% et aucun professeur ne débutera sa carrière à moins de 2 000 euros nets à compter de la rentrée 2023.»

 

Ces deux annonces, si elles deviennent effectives en temps et en heure, sont de bonnes nouvelles, d’autant plus que ces augmentations sont supposées inconditionnelles. 

Pour le SNE, elles appellent un complément. Notre syndicat portera, comme il l’a fait depuis le début du processus de revalorisation, la question de la progressivité de la rémunération tout au long de la carrière. Que les nouveaux enseignants soient mieux payés qu’aujourd’hui constituera une avancée. Mais ils seront dès lors presque rémunérés à la hauteur des échelons suivants. 

Pour le SNE tous les enseignants qui sont déjà en poste doivent bénéficier d’une augmentation suffisante pour assurer que chaque montée d’échelon se ressente véritablement sur la rémunération.

 

 «À cette revalorisation générale et inconditionnelle sont susceptibles de s'ajouter des augmentations plus importantes encore dans le cadre du pacte que nous vous proposons. Tous les enseignants qui le souhaitent pourront en effet s'engager dans des missions supplémentaires, par exemple du remplacement, du suivi individualisé, de l’accompagnement à l’orientation ou à l’insertion professionnelle ou des tâches de coordination.»

 

Cette déclaration a de quoi laisser pantois les enseignants du premier degré. Des missions supplémentaires pour être mieux rémunéré ? Mais sur quel temps disponible ? La possibilité du remplacement de collègues ne concerne pas le premier degré. Assurer un suivi individualisé ? Il n’est pas un PE ou un instituteur qui ne suive pas chacun de ses élèves ou qui ne s’occupe de leur orientation le cas échéant. Nous sommes tous déjà professeurs principaux et nous ne percevons en échange que la moitié de ce qu’un certifié touche pour ce même travail. Pour le SNE, ces propositions sont un camouflet asséné à tout le premier degré à qui aucune proposition spécifique n’est adressée. 

A moins que la suite du propos du Président annonce une augmentation automatique de tous les enseignants du premier degré ?

 

«Ce travail, que beaucoup d’entre vous accomplissent déjà, sera désormais reconnu et rémunéré. L’augmentation du salaire des enseignants qui accepteront ce pacte pourra ainsi aller jusqu’à 20%.» 

 

Le SNE se bat depuis des années pour une reconnaissance du travail invisible effectué dans le premier degré. Nous militons notamment pour une rémunération des tâches effectuées gracieusement, les deux fois 10 minutes d’accueil quotidiennes en sont l’exemple criant, et pour la création d’un régime indemnitaire à l’image de celui dont bénéficient les collègues certifiés. 

Augmenter automatiquement de 20 % tous les enseignants du premier degré constituerait enfin une reconnaissance de la spécificité de l’exercice de notre profession. 

Le SNE défend exclusivement les enseignants du premier degré. Voilà pourquoi, vous pouvez compter sur le SNE pour défendre cette position dans toutes les instances auxquelles il participera et avec tous les interlocuteurs avec lesquels il échangera.

NOS IDÉES POUR L'ÉCOLE

SNE -  Syndicat National des Ecoles