ACTUALITÉS NATIONALES

15 novembre 2022

Deux-cent-mille euros pour chaque PE

Le SNE était présent mercredi 9 novembre au ministère pour participer à la première réunion sur la revalorisation des enseignants annoncée par le Président de la République. Notre syndicat a, une nouvelle fois, milité pour une suppression de l’écart de rémunération entre les PE et les professeurs certifiés.

 

Notre syndicat fut le seul à défendre franchement cette évolution, à présenter des mesures détaillées et à les argumenter. 

 

L’enjeu est de taille : rattraper un écart de 200 000 euros sur une carrière entre un PE et un certifié, soit une maison ou un appartement.

22-11-15 200000 euros ecart 1er 2nd degré.png

 

Rappelons que cet écart est aujourd’hui inacceptable puisque PE et professeurs certifiés sont recrutés au même niveau universitaire, qu’ils sont rémunérés sur la même grille indiciaire et qu’ils partagent la même progression de carrière.

Pour le SNE, il ne s’agit pas d’opposer les deux degrés, mais de comprendre la différence qui existe aujourd’hui et d’agir pour obtenir une équité de traitement entre deux professionnels similaires.

 

La création d’un régime indemnitaire spécifique

Il existe un important régime indemnitaire dans le second degré. Il s’agit d’une source non négligeable de revenus. Dans le 1er degré, hormis l’ISAE, les indemnités sont presque inexistantes.

Le SNE promeut donc le développement d’un régime indemnitaire spécifique pour le 1er degré (comme dans le second degré).

 

Notre syndicat a rappelé le travail invisible que les enseignants du 1er degré  effectuent et qui n’est aujourd’hui pas rémunéré (accueil des élèves avant la classe, accompagnement et attente au portail à la sortie, surveillance des récréations, soins, suivi des absences, accueil des élèves des enseignants non remplacés…).

Le SNE milite donc pour la création d’une indemnité de vie scolaire conséquente afin que tout ce travail soit enfin pris en compte et rémunéré.

 

Notre syndicat est ensuite revenu sur l’ISAE. L’ISAE est le pendant de l’ISOE du 2nd degré, mais elle ne correspond qu’à la part fixe de l’ISOE, soit la moitié. Or, tous les enseignants du 1er degré sont des professeurs principaux à part entière. Le contenu des 108 h montre bien ce rôle, rôle tellement sous-évalué que tous les enseignants du 1er degré dépassent les 108 h. 

C’est pourquoi le SNE exige que l’ISAE soit portée au niveau total de l’ISOE, c’est à dire qu’elle soit doublée.

 

Les heures supplémentaires

 

Un professeur certifié effectue environ 3 heures supplémentaires par semaine devant élèves (soit 21 heures au total). A elles seules, elles représentent 4 000 euros annuels, une somme à laquelle les enseignants du 1er degré ne peuvent pas prétendre en raison de leur temps de travail face élèves plus important (24h par semaine + 36h annuelles pour les APC).

Le SNE insiste donc pour que le travail existant soit pris en compte

En dépit d’un emploi du temps très chargé, certains collègues arrivent à effectuer des heures supplémentaires dans le cadre de l'accompagnement éducatif. Mais tout le monde n’y a pas encore droit.

Notre syndicat a donc proposé que ce dispositif qui existe dans l’éducation prioritaire soit étendu à l’ensemble des écoles pour permettre d’améliorer la rémunération des volontaires.

 

Le taux horaire d'une heure supplémentaire dans le second degré est supérieur de plus de 60% à celui appliqué dans le 1er degré : 41,31 € pour un certifié Classe Normale contre 24,82 € pour un PE Classe Normale… (voir notre article à ce sujet : Le scandale des heures supplémentaires).

Le SNE exige que ces montants soient alignés sur le plus haut des deux. 

 

Des indemnités pour missions particulières (IMP)

Les IMP du second degré pourraient s’appliquer au 1er degré. Dans les faits, certains collègues sont en charge de la chorale, de l’informatique, du sport, d’autres organisent des expositions… Un travail de coordination et de formation continue est mené dans toutes les écoles dans de nombreux domaines (projet EPS, APAC, école développement durable, parcours citoyen, santé, avenir...).

Le SNE demande que ce travail puisse être pris en compte via le versement d’IMP, à l’image de ce qui existe dans le second degré. Cette rémunération additionnelle viendrait améliorer la situation des collègues qui sont déjà engagés dans tous ces domaines, sans leur demander de travail supplémentaire

 

Aboutir à un rattrapage de 200 000 € par PE

 

ISOE complète, heures supplémentaires, IMP : un professeur certifié gagne en moyenne 5 000 euros de plus par an qu’un enseignant du 1er degré, soit pas moins de 200 000 euros sur une carrière complète.

 

L’administration a conclu cette réunion en rappelant que le « pacte » voulu par le Président Macron reconnaîtra une partie du travail existant mais prendra aussi en compte des missions redéfinies ou complémentaires. Beaucoup d’organisations syndicales ont déclaré préférer que la revalorisation soit uniquement globale.

Pour le SNE, il existe aujourd’hui une opportunité de voir enfin reconnaître et rémunérer les spécificités de l’exercice dans le 1er degré. Il est indispensable de s’en saisir.

 

Seul un syndicat qui défend exclusivement le 1er degré est à même de défendre cette revendication. Il ne dépend que de vous que nous puissions mener ce travail à bien.

Du 1er au 8 décembre,

votez et faites voter pour le SNE,

LE syndicat du 1er degré.

NOS IDÉES POUR L'ÉCOLE

SNE -  Syndicat National des Ecoles