ACTUALITÉS NATIONALES

25 septembre 2018

Évaluations CP-CE1 : copie à revoir

Le chemin qui mène aux évaluations est pavé de bonnes intentions mais la copie est à revoir !

 

Les professeurs des écoles n’ont pas un avis positif sur ces évaluations qui chamboulent leurs progressions et programmations et remettent en question leurs capacités à évaluer leurs élèves de manière diagnostique.

Au SNE, il nous a toujours semblé utile de mesurer à des moments clés ce que savent nos élèves et comment ils progressent. Nous reconnaissons la portée scientifique et le délit de bonne intention de notre Ministre.

 

Néanmoins cette demande dans sa forme apparaît plus que maladroite. Certes oui, l’intention des spécialistes de la DEPP et de la DGESCO est de nous proposer des exercices ciblés. Oui, cela peut offrir des mesures utiles à notre travail. Mais à quel prix ?

Le SNE a demandé et obtenu que du temps soit dégagé sur les APC (à lire ici) : un « crédit » de 5 heures d’APC pour compenser, assorti de trois pages publicitaires et cosmétiques, chiffres à l’appui, pour imposer l’extrême nécessité de faire passer ces évaluations ! Mais… nous restons sur notre faim.

Rappelons que ces dernières années, à chaque fois qu’une nouvelle mission est venue s’ajouter à la longue liste dont nous devons déjà nous acquitter, le Ministère a toujours brandi le bouclier des 108 heures, véritable cabas sans fond capable à lui seul d’absorber l’impossible.

 

Le compte n’y est pas

Les temps évoqués dans la notice de passation n’ont rien à voir avec le temps concret d’une passation de consignes au sein d’une classe hétérogène et à effectifs réels. Et que dire des élèves sans AVS car oui, il manque encore beaucoup d’AVS en France, Monsieur le Ministre.

Ces évaluations et le travail, tant en aval qu’en amont, dépassent largement ces 5 heures d’APC offertes gracieusement. Dans les faits, les directeurs et directrices de CP ou CE1 qui ne font pas les APC et n’ont plus d’EVS ne gagneront pas davantage de décharge mais bien plus que 5h de travail en plus.

Et que dire des heures que les professeurs devront passer à recevoir les familles individuellement pour leur restituer les évaluations !

Qui dit évaluations dit aussi forcément comparaisons

Il est légitime de s’inquiéter d’une éventuelle mise en concurrence entre établissements car les résultats seront bien publiés quelque part et inévitablement partagés ou fuiteront un jour prochain.


 

Des évaluations ? Soit ! Mais à certaines conditions :

  • Le SNE souhaite que soit proposée une formation en circonscription pour s’approprier l’outil. Les formations proposées ne sont pas toutes (loin s’en faut) utiles. Autant en profiter.
     

  • Le SNE n’envisage pas que ces évaluations soient imposées au débotté et demande que l’information et la mise en place soient faites bien en amont, en fin d’année scolaire précédente.
     

  • Le SNE ne vous mettra pas en porte-à-faux, ni en faute, et ne donnera pas pour consigne de ne pas rentrer les résultats. Le SNE refuse de faire perdre de l’argent aux collègues d’autant que ces mêmes évaluations en CE1 furent un temps accompagnées d’une prime de 400 euros !

Le SNE ne peut cautionner que les prétendus progrès se fassent toujours au détriment des enseignants et que cela soit soumis à leur bonne volonté.

Le SNE ne trouve pas cela acceptable et compte bien obtenir un traitement digne pour des enseignants toujours volontaires, mais en quête de reconnaissance.

 

Ange Martinez

Vice-Président du SNE

Le SNE fait entendre votre voix : nous vous proposons de répondre à ce rapide questionnaire afin de pouvoir faire remonter à l'administration votre vécu et vos sentiments. A votre tour d'évaluer le ministère... En savoir plus

SNE -  Syndicat National des Ecoles

© 2016-2020 Syndicat National des Écoles - Directeur de la publication : Laurent Hoefman, président du SNE

Contact SNE  : Laurent Hoefman president@sne-csen.net

facebook.png
2019-11_SNE_Préservons_nos_retraites.jpg