ACTUALITÉS NATIONALES

5 septembre 2019

Réussir, pour les enseignants (1/2)

L’année scolaire 2019-2020 a été présentée le 17 août dernier par notre ministre dans un document de plus de 100 pages. Celui-ci liste de très nombreuses mesures dans de très nombreux domaines.

M. Blanquer martèle une volonté claire qui tient en un mot et concerne tous les acteurs de l’Éducation Nationale :

réussite.

C’est une belle volonté, mais serons-nous d’accord avec lui quant aux modalités envisagées ?

Formation initiale et continue, accompagnement des personnels : le SNE fait le point pour vous sur ce qui change en 2019 pour les enseignants du primaire.

La formation initiale

 

Dès la seconde année de licence, il sera proposé la possibilité de travailler 8h/semaine dans une classe. Les modalités d’intervention varieront selon le niveau d’études de l’étudiant.

Le SNE estime cette idée intéressante, tant qu’elle n’amène pas des étudiants à prendre la classe en totale autonomie. La présence de l’enseignant titulaire garantit en effet le contenu et la qualité des enseignements. Elle évite aussi de penser que ce dispositif pourrait permettre de palier à peu de frais un manque de remplaçants.

 

Pour la formation initiale, l’Inspé remplace l’Espé. L’idée consiste à travailler à partir d’un cahier des charges commun pour assurer une formation la plus uniforme possible sur tout notre territoire. Sont désormais arrêtés : le volume horaire par matière et le fait qu’un tiers de la formation soit dispensé par des collègues en poste sur les niveaux où exercent les stagiaires.

Le SNE apprécie le recentrage sur les fondamentaux dès la formation initiale, ainsi que ce qui ressemble à du tutorat. Que les plus expérimentés puissent mettre leurs compétences au service des nouveaux collègues est une idée que nous défendons de longue date. Notre syndicat suggère aussi qu’elle pourrait s’inscrire dans le cadre d’un aménagement de nos fins de carrière.

La formation continue

 

La formation continue demeure axée pour 18h annuelles sur l’enseignement des mathématiques et du français.

La nécessité d’une bonne connaissance par le professeur de la matière qu’il enseigne est une évidence. Apporter un soutien dans ce domaine peut être intéressant voire indispensable. Compléter, affiner nos connaissances pédagogiques ou scientifiques en mathématiques et en français pour nous permettre d’être plus efficaces ou plus à l’aise dans nos classes ne peut être qu’un plus appréciable.

L’accompagnement tout au long de la carrière

 

Un service de gestion des ressources humaines de proximité est créé. Il doit épauler les collègues qui souhaitent être accompagnés dans une évolution professionnelle (coaching, bilan de compétences) soutenir les collègues en difficultés (atteinte à l’image, à son intégrité, victime de violence verbale ou physique, victime de harcèlement…)

L’idée est intéressante. Encore faudra-t-il que ces services disposent de moyens de formation variés, pertinents et de suffisamment de personnel pour répondre effectivement à toutes les demandes d’aide. Les appels qui affluent vers les syndicats montrent l’ampleur des problèmes d’évolution et de mal-être dans notre profession. Dans l’instant, seuls 95 conseillers sont mis en place. C’est un premier pas vers un service de RH. Il ne faut pas que les suivants tardent !

Philippe Ratinet

Secrétaire général aux publications

SNE -  Syndicat National des Ecoles

© 2017-2019 Syndicat National des Écoles - Directeur de la publication : Laurent Hoefman, président du SNE

Contact SNE  : Laurent Hoefman president@sne-csen.net

facebook.png
2019-11_SNE_Préservons_nos_retraites.jpg