ACTUALITÉS NATIONALES

19 décembre 2019

Retraite : les premières propositions du SNE

Rencontre du SNE avec le ministre le 16/12/2019

Notre syndicat a porté lundi 16/12 ses revendications et ses premières propositions au ministère sur quatre points précis dans le cadre du projet de réforme. Pour ce faire, notre syndicat s’est à chaque fois appuyé sur des constats.

Le SNE a défendu le principe d’une revalorisation des carrières pour tous les enseignants du premier degré comme préalable.

Sur l’âge pivot

CONSTAT 1 : il est déjà difficile de travailler devant élèves jusqu’à 62 ans, il serait inenvisageable de le faire  jusqu’à 64 ans.

CONSTAT 2 : tous les enseignants à plus de 2 ans de la retraite seraient impactés : c’est inacceptable car c’est trop proche.

Avis du  SNE : il faut conserver l’âge de 62 ans pour une retraite à taux plein (d’autant qu’il y a déjà la réforme Touraine soit +1 trimestre / 3 ans à partir de 2020).

Propositions du SNE : 

- laisser le choix de partir à taux plein à 62 ans ou de travailler davantage (avec bonus)

- donner le droit de partir en retraite à sa date d’anniversaire (et non pas au 31/08) comme cela est le cas dans le second degré

- octroyer 1 an de bonification tous les 8 ans (pour compenser les difficultés d’exercice)

Sur les aménagements de fin de carrière

CONSTAT 3 : Le métier n’est pas « pénible » selon les critères de pénibilité, mais il est usant (E. Philippe à Nancy 12/12/19) : fatigue nerveuse, bruits, postures entraînant des pathologies. Nécessité de le prendre en compte.

Avis du SNE :

- Il faut mettre en œuvre rapidement des aménagements de fin de carrière.  

- A partir d’un âge à déterminer, il faut offrir des alternatives qui permettent de ne pas avoir la classe à temps complet.

Propositions du SNE : 

- rétablir la cessation progressive d’activité  (supprimée en 2011)

- instaurer un tutorat auprès des néo-titulaires

- participer à la formation des M1/M2 ou des directeurs

- enseigner en surnombre pour les élèves en difficulté, notamment dans les écoles où le dédoublement des CP/CE1 n’est pas mis en place (hors réseau ou orphelines) ("Plus de Maîtres que de Classes" ou équivalent)

- créer des postes d’aide à la direction d’école

- octroyer systématiquement les demandes de temps partiel (sans les conditionner à un accord du DASEN)

- octroyer systématiquement les demandes de mise en disponibilité (refusées la plupart du temps)

- assouplir les conditions de demandes de cumul d’activités

 

EN COMPLÉMENT :

- proposer des rendez-vous médicaux systématiques tous les ans à partir de 55 ans. (médecine du travail)

Sur les modalités de revalorisation pour tous les enseignants

 

CONSTAT 4 : « priorité au primaire », salaires sous le niveau OCDE (surtout en début et milieu de carrière), conditions de travail plus difficiles, malaise de la profession…

Avis du  SNE : la revalorisation doit concerner tous les enseignants du 1er degré

Propositions du SNE : 

Le préalable est l’octroi de primes pour tous :

- rémunérer les 108h en heures supplémentaires (premier pas vers l'égalité de volume horaire avec le second degré)

- ajout d'une « IVS  » (Indemnité de Vie Scolaire) pour les surveillances de récréation, la gestion de l'absentéisme...

- ajout d’ une « ISOE IPP » (puisque l'enseignant est aussi Professeur Principal) pour le suivi des élèves

- ajout d’une « IDR » (« Indemnité de Responsabilité ») pour tenir compte des obligations de service imposée en dehors du temps d’enseignement (accueil grille ou classe, les fameuses 10 minutes, soit 5h20 à 6h/ mois)

Sur le maintien du niveau de pension des enseignants du premier degré
et les augmentations de salaires compensatoires

CONSTAT 5 : la pension actuelle moyenne d’un PE est de 2500 €. Avec la mise en place de la réforme brute, les enseignants du premier degré seraient tout particulièrement impactés par la réforme.

Avis du SNE : la pension d’un enseignant doit rester au moins équivalente à ce qu’elle est aujourd’hui. Pour cela, il faut agir sur plusieurs leviers.

Propositions du SNE :

- privilégier l’augmentation indiciaire, surtout en début et milieu de carrière

- raccourcir la durée entre les échelons, particulièrement en milieu de carrière, pour atteindre plus vite les échelons mieux rémunérés

- augmenter le taux de passage à la HC et à la CE

- augmenter l’ISAE et mettre en place des indemnités (notamment sur la reconnaissance du travail invisible)

SNE -  Syndicat National des Ecoles

© 2016-2020 Syndicat National des Écoles - Directeur de la publication : Laurent Hoefman, président du SNE

Contact SNE  : Laurent Hoefman president@sne-csen.net

facebook.png
2019-11_SNE_Préservons_nos_retraites.jpg