ACTUALITÉS NATIONALES

31 janvier 2020

Direction : missions impossibles ?

2ème réunion ministérielle sur la direction d'école du 28/01/2020

Objet de la réunion : définir les missions et responsabilités du directeur d’école

Organisations syndicales représentées : SNE, UNSA, FSU, SGEN, CGT, SNALC, FO.

 

La réunion précédente du 7/01 avait pour objet la restitution du sondage auprès des directeurs (compte-rendu à lire ici "Direction : déjà enlisés..." ).

Le SNE était ressorti perplexe de cette réunion, puisque le sondage ne permettait pas de mettre en exergue les points qui pour nous sont essentiels, à savoir la reconnaissance d’un véritable métier et sa valorisation par la création d’un statut. En effet, ces sujets ne figuraient pas expressément dans le questionnaire.

La réunion du 28 janvier remplaçait celle initialement programmée le 14 janvier. Les questions du temps et de la revalorisation seront abordées dans les prochaines réunions.

 

Point d’entrée : le référentiel métier

 

Le SNE approuve que le « référentiel métier » serve de point de départ aux échanges et insiste sur le mot « métier » : ce métier implique des responsabilités clairement énoncées dans le référentiel, qui nécessitent davantage d’autonomie et donc de confiance de la part de la hiérarchie, afin de pouvoir libérer les énergies et d’encourager les initiatives.

 

Le SNE ajoute que la simplification des tâches est à l’œuvre depuis 2014, sans que cela ait modifié en profondeur l’exercice de la fonction. Ce n’est donc pas la solution miracle, car le métier est complexe et les tâches multiples, nécessitant de s’adapter sans cesse aux demandes du quotidien.

 

Un clivage important : la question du statut

 

Il est à noter un clivage important entre les organisations syndicales, sur la conception du rôle du directeur d’école et les orientations qui en découlent. Pour certaines OS, lorsqu’on est directeur, on est directeur avant tout, pour d’autres on est d’abord enseignant. Seule la moitié des organisations, dont le SNE, est favorable à une évolution d’ordre statutaire.

L’objet de la réunion du jour étant de recentrer le directeur sur les missions du référentiel, il s’agissait de lister les tâches inutiles ou chronophages.

Ce sur quoi les OS sont unanimes

- avoir une plateforme ONDE plus fonctionnelle, plus aboutie.

- pouvoir gérer les 108h en interne.

- ne pas avoir à concevoir le PPMS

Le ministère semble attentif à ces revendications, et précise que les outils à disposition doivent émaner des besoins du terrain. Il ajoute la nécessaire acculturation des DASEN et des IEN qui permettrait de sortir de l’infantilisation constatée localement.

Les aménagements demandés par le SNE lors de la réunion

- renseigner les PAI par le seul médecin scolaire, le DUER par un référent sécurité.

- supprimer le registre matricule papier faisant double emploi avec ONDE

- avoir à disposition des formulaires nationaux et non plus départementaux ou académiques

- regrouper les mails émanant de l’IEN en une newsletter hebdomadaire

- simplifier la procédure électorale (parents d’élèves) surtout lorsqu’il n’y a qu’une seule liste

 

Le sujet des élections de représentants de parents fait débat entre les OS. Le ministère propose l’idée d’un vote électronique (sous réserve de contraintes juridiques), mais plusieurs OS sont sceptiques quant à sa mise en œuvre. Le SNE propose que le choix du mode électoral soit laissé justement au directeur, en fonction des situations locales.

Le SNE indique pour sa part, que s’il est favorable à la gestion libre des 108h, il ne demande pas la suppression des APC mais de laisser les enseignants juger de la pertinence des APC pour les élèves. On permettrait ainsi de préserver le seul moment où l’enseignant peut apporter un coup de pouce à un petit groupe d’élèves en difficulté légère ou passagère, en manque de confiance, ou pour favoriser l’intégration à la classe via des projets collectifs…

Le ministère indique la nécessité de trouver le bon équilibre entre autonomie et cadrage, qui pourrait prendre la forme d’une feuille de route pluri-annuelle, avec évaluation des objectifs fixés au départ.

Le SNE reste plus que jamais attentif à la situation des directeurs d'école, pour lesquels il continuera à défendre la création d’un statut fonctionnel.

 

Laurent Hoefman

Président du SNE

SNE -  Syndicat National des Ecoles

© 2016-2020 Syndicat National des Écoles - Directeur de la publication : Laurent Hoefman, président du SNE

Contact SNE  : Laurent Hoefman president@sne-csen.net

facebook.png