ACTUALITÉS NATIONALES

19 mai 2020

La prime Covid-19 dans le 1er degré

Compte-rendu de la réunion ministérielle

Le décret n° 2020-570 du 14 mai 2020 prévoit le versement d'une prime exceptionnelle notamment à certains agents de la fonction publique de l’État soumis à des sujétions exceptionnelles pour assurer la continuité des services publics dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire.

 

Le SNE a participé mardi 19/05 à une réunion avec le ministère sur l’attribution de cette prime.  Nous reviendrons ici sur ce qui concerne spécifiquement le premier degré.

 

 

Les personnels concernés

 

Le texte envisage de récompenser les agents qui ont eu un surcroît important de travail du fait de leur participation directe à la gestion de la crise sanitaire. Trois groupes ont été déterminés par le ministère :

 

- En ce qui concerne le premier degré, les personnels visés seront tous ceux qui ont assuré l’accueil des enfants des personnels essentiels à la vie de la Nation. Tous les personnels relevant de l'éducation nationale quel que soit leur statut (titulaires, contractuels, stagiaires, AESH...) devraient être visés par cette mesure.

 

- Les personnels de santé réquisitionnés ou volontaires pour travailler dans les hôpitaux seront tous éligibles à la prime pour le montant maximum.

 

- Les personnels administratifs qui relèvent de notre ministère seront eux aussi éligibles à la prime, selon l’ampleur de leur mobilisation.

 

Le SNE a rappelé que les enseignants se sont mobilisés sans rien attendre en retour. Qu’ils reçoivent finalement une reconnaissance institutionnelle est d’autant plus important.

Notre syndicat a insisté sur l’importance du cadre interministériel de cette prime. Les enseignants qui en bénéficieront ne doivent pas passer pour des privilégiés par rapport au reste de la société.

 

Notre syndicat a aussi rappelé au ministère l’importance de la mobilisation des collègues en télétravail. Les investissements en formation, en auto-formation, en matériel et en temps ont été énormes. Une compensation n’est pas prévue dans le cadre de la « prime Covid », mais il ne faudra pas oublier tous ces enseignants méritants eux aussi.

 

 

Le montant de la prime

 

Le montant maximal prévu par le texte est de 1 000 euros. Tout les personnels concernés ne le toucheront pas.

 

Pour ceux ayant assuré l’accueil des enfants pendant la crise, la prime devrait être versée selon un principe de seuil. Pour le calcul de ces seuils, il est à noter que chaque dimanche travaillé comptera pour deux jours.

 

Il faut avoir encadré ces enfants plus de 4 jours pour ouvrir droit au versement de la prime.

- Entre 4,5 et 9,5 jours, son montant sera de 330 euros.

- Entre 10 et 15,5 jours, son montant sera de 660 euros.

- Au-delà de 16 jours, son montant sera de 1 000 euros.

 

Des tableaux de recensement seront communiqués aux rectorats. Ils feront connaître au ministère les agents à récompenser et les montants à leur distribuer. Le ministère souhaite verser la prime en août ou en septembre.

 

Suite à une demande d’éclaircissement, le ministère nous a précisé que le montant global prévu pour cette prime n’est pas plafonné.

 

Le cadrage national évitera des disparités de traitement. Il faudra, par contre, s’assurer que tout le travail effectué sera répertorié.

Notre syndicat a insisté pour que les critères d’attribution de la prime soient largement communiqués afin qu’aucune impression d’injustice ou d’opacité ne puisse naître.

 

Le SNE regrette tout de même que chaque enseignant mobilisé sur le terrain, même une demi-journée, ne soit pas systématiquement récompensé. L'effet de seuil créera forcément des situations injustes.

Le SNE s'est adressé au ministère pour demander plus d'équité dans le versement de cette prime (à lire ici).

 

 

Reprise des négociations sur la revalorisation

 

Suite à de nombreuses remarques du SNE sur l’utilisation du matériel personnel pour le télétravail et sur les coûts engagés par les enseignants, il nous a été rappelé que ces questions étaient déjà sur la table lors de nos négociations sur la revalorisation du métier d’enseignant.

 

Tous les travaux engagés avant la crise (revalorisation des carrières, direction d’école, déroulement de carrière, formation..) devraient être remis à l’ordre du jour de l’agenda social aussi vite que possible. Des annonces sont attendues dans ce domaine.

 

Le SNE espère effectivement que tout le positif qui avait été envisagé et presque enclenché pour notre profession reviendra au plus tôt sur la table et se concrétisera.

Philippe Ratinet

Secrétaire général aux publications

SNE -  Syndicat National des Ecoles

© 2016-2020 Syndicat National des Écoles - Directeur de la publication : Laurent Hoefman, président du SNE

Contact SNE  : Laurent Hoefman president@sne-csen.net

facebook.png