ACTUALITÉS NATIONALES

30 juin 2020

Projet de loi sur la direction d’école :

le SNE refuse de baisser les bras

Un premier pas, mais un premier pas raté

 

Le 24 juin, l’Assemblée Nationale a adopté le projet de loi créant la fonction de directeur d’école (à lire ici).

 

C’est une bonne nouvelle pour les directeurs. Ou tout du moins, cela aurait pu l’être…

 

En effet, le texte adopté par l’Assemblée nationale est bien loin du projet de loi initial : quotité de décharge, position administrative du directeur, revalorisation indemnitaire… Ces éléments clés ont été retouchés ou retirés.

La situation des directeurs était enfin envisagée dans sa spécificité. L’amélioration significative de leur situation ne devait plus être un vœu pieux. Ce ne sera pas le cas, en tout cas, pas par le biais de cette loi dans l’immédiat : cette loi pose des jalons, mais ne permettra pas de proposer du concret avant plusieurs mois.

Soutenir le changement

Une pétition de soutien au projet de loi initial a été lancé par un collègue directeur. C’est bien ce texte originel et son esprit qu’il faut aujourd’hui défendre.

 

C'est pourquoi, bien que notre syndicat n'en soit pas à l'origine, le SNE soutient cette initiative et vous invite à signer la pétition ici.

Nous voulons encore croire à la possibilité de réelles avancées pour les directeurs. La douche froide reçue à l’Assemblée ne doit pas nous amener à baisser les bras.

 

Le SNE est en lien permanent avec le ministère sur ce dossier depuis le 24 juin. Nous demandons des actes forts et symboliques dès la rentrée de septembre en direction des collègues qui sont, à juste titre, dépités et révoltés (lire ici le coup de gueule d'un directeur en colère)

 

 

Un besoin de soutien et de reconnaissance dès la rentrée de septembre

 

Nous avons contacté le ministre à plusieurs reprises, celui-ci a conscience de l’immense déception du terrain : une déception teintée d’amertume car elle est à la hauteur de l’énorme engagement des collègues directeurs mais aussi de leurs attentes ignorées depuis des dizaines d’années …

Les directeurs ont payé le prix fort de cette crise du Covid-19. Ils ont répondu présent, au prix de beaucoup d’énergie, parfois au prix de leur santé.

La perspective d’une rentrée de septembre encore bien complexe rend inenvisageable le maintien d’un statu quo pour ces personnels.

Deux réunions sur la direction d’école sont prévues le 2 et le 8 juillet au ministère. Elles seront peut-être des occasions d’obtenir des avancées immédiates.

 

Le SNE reste fidèle à ses propositions sur le sujet. Notre syndicat a demandé un premier train de mesures d'urgence, dont :

- une prime spécifique pour la gestion du Covid,

- une amélioration la plus large possible du régime de décharges,

- une aide administrative pérenne.

Nous espérons vraiment être entendus.

Le ministre a l’occasion de faire bouger les lignes. Il est aujourd’hui temps d’oser prendre des mesures concrètes d’importance. Il faudra pour cela dépasser les blocages du dialogue social qui empêchent le moindre avancement de ce dossier depuis plus de 30 ans.

Laurent Hoefman

Président du SNE

 

Philippe Ratinet

Secrétaire général aux publications

SNE -  Syndicat National des Ecoles

© 2016-2020 Syndicat National des Écoles - Directeur de la publication : Laurent Hoefman, président du SNE

Contact SNE  : Laurent Hoefman president@sne-csen.net

facebook.png