ACTUALITÉS NATIONALES

14 septembre 2020

L'E.N. doit financer nos outils de travail

Répondre à l’urgence

Le confinement et la mobilisation des enseignants du premier degré ont mis en lumière les conditions de travail qui sont les nôtres et notamment l’utilisation de notre matériel personnel pour exercer notre travail dans de bonnes conditions.

Ce qui était jusque là un fait est devenu une obligation professionnelle.

Dans cette période de crise, chacun a dû utiliser, plus encore que d’habitude, son matériel informatique personnel, son abonnement internet, de même que son téléphone pour assurer ses missions. L'ensemble des personnels a répondu présent avec une conscience professionnelle à souligner. Le ministère s’en est félicité. À peu de frais...

L’urgence est passée. Le ministère a maintenant eu le temps de recul nécessaire à la préparation de cette rentrée. Mais à part l’annonce d’une hypothétique prime de 300 € pour l’achat de matériel informatique, quelles propositions concrètes avons-nous ? Aucune.

 

Financer ou fournir un outil de travail adapté à nos missions

Pour ce qui est du matériel informatique, une prime de 300 € par an au moins, sur l’ensemble de la carrière pour être équipé correctement en matériel informatique (PC – imprimante – consommables) et pouvoir en assurer le renouvellement régulier semble un minimum.

Un prêt de matériel par l’éducation nationale à chaque enseignant pourrait être organisé. Mais cela semble difficilement réalisable. En effet, pour l’envisager, l’Éducation Nationale devrait s’engager à fournir du matériel performant et à en assumer l’entretien et les mises à jour.

 

Par ailleurs, l’EN devrait mettre à la disposition des directeurs a minima un téléphone portable de fonction. Certaines mairies en fournissent. Cette inégalité est injustifiable.

Même en période de crise, nous n’avons pas à être joignables sur nos téléphones privés par les parents de nos élèves. Nous sommes fonctionnaires. Nous avons pallié à titre personnel aux manques d’équipement des parents et de notre administration pendant la crise. Cette responsabilité n’est pourtant pas la nôtre. Dès lors, des téléphones ou des cartes SIM de fonction devraient être fournis aux collègues lorsqu’ils ont l’obligation de contacter les parents lors de périodes où le téléphone de l’école n’est pas accessible.

 

Régulariser la situation

L’EN, comme tout autre employeur, doit fournir à son personnel les moyens d’assurer ses fonctions avec professionnalisme sans que cela n'affecte notre sphère privée.

Nous demandons donc le matériel professionnel nécessaire pour assurer pleinement nos fonctions. Les modalités pour satisfaire cette demande sont à définir : prime annuelle, prêt avec entretien, ou autre mais cette demande doit être prise en compte.

Rien de plus, rien de moins.

Nous avons tous fourni des efforts sans contrepartie. Le ministère et les parents s’en sont félicités. Il est maintenant temps d’équilibrer la balance pour aboutir à une situation de travail normale.

Le ministère doit nous faire rapidement des propositions sur ce sujet. Nous espérons les trouver concrètes et réalistes.

 

Candice Lacroix

Déléguée SNE Occitanie

Votre texte​​

SNE -  Syndicat National des Ecoles

© 2016-2020 Syndicat National des Écoles - Directeur de la publication : Laurent Hoefman, président du SNE

Contact SNE  : Laurent Hoefman president@sne-csen.net

facebook.png