ACTUALITÉS NATIONALES

3 mai 2021

Direction : une loi indispensable

Le 10 mars, le Sénat a examiné et adopté une proposition de loi créant la fonction de directrice ou de directeur d’école. Cette loi doit maintenant être examinée par l'Assemblée Nationale.

Or nous avons appris le 28 avril lors d'une réunion avec la députée Cécile RILHAC que cette loi pourrait ne pas être présentée à l'Assemblée Nationale lors de la session de printemps, ce qui signifie qu'elle serait encore repoussée d'au moins 6 mois.

Cette option serait inacceptable, compte-tenu des efforts consentis par les directeurs depuis le début de la crise Covid.

 

Nous avons donc écrit immédiatement à tous les acteurs concernés afin de leur rappeler l'urgence de ce dossier.

21-05-03 direction loi indispensable.jpg

Afin d'alerter vous aussi nos élus sur l'urgence de traiter la proposition de Loi pour la direction d'école, nous vous proposons un courrier type que chacun peut envoyer individuellement :

- au Président de la République

- au Premier Ministre

- au Président de l'Assemblée Nationale

- au Ministre de l’Éducation nationale

- à son député de circonscription

SE UNSA.png
SGEN CFDT.png
sne  fond blanc.jpg
GDID.png
GTRID.png
 
Ensemble, faisons évoluer la direction d'école !

Courrier au Président de la République

SE-UNSA / SGEN / SNE / GDID / GTRID

Stéphane CROCHET, Secrétaire Général du SE-UNSA (Syndicat des Enseignants- UNSA)

Catherine NAVE-BEKHTI, Secrétaire Générale du Sgen-CFDT (Syndicat Général Education Nationale-CFDT)

Laurent HOEFMAN, Président du SNE (Syndicat National des Ecoles)

Alain REI, Président du GDiD (Groupe de Défense des Idées des Directeurs)

Loïc BREILLOUX, Pour le GTRID (Groupe de Travail et de Réflexion Indépendant de Directeurs)

Paris, le 30 avril 2021,

 

Objet : Direction d’école du premier degré

 

Monsieur le Président de la République, 

Monsieur le Premier Ministre

Monsieur le Président de l’assemblée Nationale

 

Nous vous avions écrit en décembre 2020 pour vous rappeler que les directrices et directeurs d’école attendaient des avancées concrètes pour pouvoir bien faire et aussi bien vivre leur métier, dans l’intérêt des élèves et du fonctionnement des écoles.

Depuis nous avons été auditionnés par le ministre de l’Éducation nationale à qui nous avons fait part de nos travaux communs. Nous avons également échangé sur le texte de la proposition de loi Rilhac, qui a depuis été largement votée par le Sénat et soutenue par le gouvernement en la personne du ministre de l’Éducation nationale.

Nous sommes étonnés d’apprendre que cette proposition de loi pourrait ne pas être présentée lors de la session de printemps de l’Assemblée nationale. Si tel était le cas, un signal très négatif serait envoyé à la profession, signal qui mettrait à mal tous les efforts engagés pour la direction et le fonctionnement de l’école.

Notre administration sait qu’elle peut compter sur la réactivité et la professionnalité des directrices et directeurs d’école. Durant cette période de crise sanitaire, ils ont une fois de plus démontré leur engagement, ce que le gouvernement souligne régulièrement. Porteur d’espoir pour toute une profession, ce texte doit finir son chemin parlementaire avant la fin de cette année scolaire car il faudra encore du temps par la suite pour discuter des conditions de sa déclinaison et de sa mise en œuvre. Les directrices et directeurs d’école ne repoussent pas à plus tard leur travail quotidien pour permettre à l’école de tenir. Elles et ils n’accepteraient pas qu’en retour les évolutions nécessaires soient reportées sine die.

 

Persuadés de l’importance que vous portez à ce dossier, nous réitérons notre souhait de voir cette proposition de loi débattue au printemps à l’Assemblée nationale. Les personnels comptent en cela sur votre engagement.

 

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre très haute considération.

GDID.png
SE UNSA.png
SGEN CFDT.png
sne  fond blanc.jpg
GTRID.png

SNE -  Syndicat National des Ecoles