ACTUALITÉS NATIONALES

26 mars 2020

Les demandes de ce jour du SNE au ministre

Le SNE était invité par le ministre Jean-Michel Blanquer ce jour, jeudi 26 mars, à un entretien par visioconférence pour évoquer la situation actuelle.


Le ministre nous a rappelé toute l’admiration qu’il portait aux enseignants depuis le début de la crise sanitaire, et les remercie de leur engagement. Nous partageons ce constat, et le SNE a rappelé que les professeurs des écoles avaient été très réactifs et professionnels malgré des délais très courts et les difficultés logistiques.

Nous avons profité de cet échange constructif pour évoquer les problèmes ou difficultés rencontrées sur le terrain sur quatre niveaux.

La continuité pédagogique

- Le SNE demande que les enseignants puissent utiliser les outils et moyens de communication de leur choix

Nous avons dénoncé le fait que localement, des injonctions appellent à utiliser les outils du ministère (classe à la maison, CNED…). Le SNE a rappelé que les enseignants qui ont passé du temps à mettre en place un suivi selon les modalités de leur choix doivent rester maîtres des outils et des méthodes.

 

En réponse, M. Blanquer nous a réaffirmé sa totale confiance envers les enseignants au niveau du choix des moyens qu’ils emploient pour assurer la continuité pédagogique. Notre ministre n’entend rien nous imposer. Il a néanmoins exprimé sa préférence envers les outils institutionnels pour des raisons de sécurité.

- Le SNE demande à ce qu'aucun enseignant n'ait plus à se déplacer pour transmettre des photocopies aux familles

Il nous parait également inconcevable que des enseignants soient amenés à se déplacer pour fournir des photocopies à certaines familles, alors que tout est mis en œuvre pour réduire les déplacements non essentiels.

 

Le ministre devrait rapidement apporter une solution par le biais de la Poste (envois numériques depuis chez soi, avec impression et routage par la Poste jusqu’au domicile des parents).

 

Le SNE a demandé que le paragraphe permettant aux collègues de se déplacer pour donner les photocopies soit supprimé.

L’accueil des enfants du personnel soignant

- Le SNE demande à ce que les enseignants soient protégés

Le SNE souhaite que des masques de protection soient fournis dès que possible, même si l’ARS ne le préconise pas.

 

M. Blanquer nous a alors indiqué que la possibilité d’en fournir serait envisagée lorsque les besoins des personnels de santé en la matière seront couverts. Il a insisté sur les gestes barrière et la disponibilité de savon et de gel hydroalcoolique dans les écoles. Notre ministre a même précisé qu’en cas de manque, il fallait en référer à l’IEN qui saisirait alors le préfet pour remédier à une difficulté locale.

- Le SNE insiste pour conserver la base du volontariat pour cet accueil

Le SNE a insisté pour que l’encadrement demeure sur la base du volontariat. Le ministre en est convenu. Les PE n’ont donc pas à justifier leur choix ni invoquer la garde d’enfants ou une pathologie quelconque auprès de certains IEN trop zélés qui les solliciteraient avec trop d’insistance. La participation ou non à cet encadrement doit rester un choix personnel, selon le libre-arbitre de chacun.

Le SNE a rappelé qu’il faudrait savoir reconnaitre et valoriser cet engagement personnel d’une façon ou d’une autre le moment voulu.

Les perspectives en vue de la reprise

Le ministre prévoit de mettre en place des stages de remise à niveau ou modules gratuits durant l’été, encadrés par des enseignants volontaires, sur le modèle de ceux qui existent déjà. Cette mesure nous semble pertinente.

- Le SNE demande à recentrer les apprentissages sur les fondamentaux en cas de reprise des cours en mai

Le SNE a proposé que dans le premier degré, en cas de reprise des cours en mai, on puisse orienter tout particulièrement la pédagogie sur les fondamentaux (français, maths) de façon à "limiter la casse" au niveau des apprentissages.

- Le SNE demande confirmation sur le calendrier des vacances d'été

Suite à notre intervention, le ministre a rappelé qu’il n’était nullement question de décaler les congés scolaires cet été.

La communication

- Le SNE souligne l'importance de la communication gouvernementale

Le SNE a brièvement rappelé la maladresse de la porte-parole du gouvernement, estimant que l’heure était à l’unité nationale. La communication doit être mesurée en cette période où la sensibilité est exacerbée. La nature humaine retenant davantage un couac médiatique que les remerciements polis du ministre dans un message formel sur les messageries.

 

Le ministre en a convenu et a rappelé l’hommage à l’engagement des enseignants adressé tant par le M. le Président de la République que par lui-même.

- Le SNE demande que l'impact psychologique des demandes institutionnelles soit pris en compte

Le SNE a souligné que l’enquête quotidienne qui demande notamment aux directeurs de certaines académies de signaler le nombre de décès parmi les personnels de leur école est très anxiogène. Le SNE a demandé à ce que la forme de celle-ci puisse évoluer. Le ministre a pris acte.

L’avis du SNE

Cet échange a été l’occasion de relever les dysfonctionnements typiques de notre institution, particulièrement visibles suite à cette crise, comme notamment le décalage observé entre les intentions ministérielles affichées et la déclinaison sur le terrain.

Le ministre nous a semblé très à l’écoute de nos remarques et de nos propositions. Il devrait rapidement communiquer pour informer les enseignants de certains aménagements qui faciliteraient le travail de chacun.

 

Le SNE prend acte et tient à remercier chacun d’entre vous pour son professionnalisme. Cet engagement pour vos élèves nous conforte dans la vision que nous avons du syndicalisme : au SNE, nous faisons passer les valeurs humanistes avant tout.

Laurent Hoefman

Président du SNE

SNE -  Syndicat National des Ecoles

© 2016-2020 Syndicat National des Écoles - Directeur de la publication : Laurent Hoefman, président du SNE

Contact SNE  : Laurent Hoefman president@sne-csen.net

facebook.png