ACTUALITÉS NATIONALES

30 juin 2021

Revalorisation : un geste pour le milieu de carrière
GT1 n°2/3 du 29 juin 2021

Le SNE a participé mardi 29 juin au second groupe de travail sur les mesures de revalorisation envisagées pour l’année 2022. Notre syndicat y a défendu les intérêts des enseignants du premier degré.

Les discussions concrètes ont porté principalement sur la ventilation des 245 millions pour assurer une meilleure attractivité de la profession d’enseignant et sur les modalités d’accès à la classe exceptionnelle.

Le scénario de revalorisation repensé suite aux propositions du SNE

21-06-30 revalorisation milieu de carriere.jpg

Le ministère a visiblement entendu les remarques qui lui ont été adressées lors de la dernière réunion à propos de la ventilation des 245 millions ainsi que les suggestions que le SNE lui a proposées ensuite (voir notre article du 24 juin "Revalorisation :  propositions du SNE pour la répartition des 255 + 155 millions").

 

La notion d’attractivité voulue par le ministère semble avoir évolué. Il souhaitait se borner à bonifier l’entrée de carrière.

 

Le SNE a plutôt proposé de considérer l’attractivité sous deux angles :

- celui de la progressivité de la rémunération tout au long de la carrière. Pour le SNE, chaque passage d’échelon doit conserver un effet financier significatif pour l’enseignant.

- celui d’une revalorisation salariale du plus grand nombre possible de collègues en classe normale. Ce sont ces derniers, et plus particulièrement ceux qui ont entre 10 et 15 ans d'ancienneté, qui sont les plus en retard par rapport aux moyennes de l’OCDE et des pays de l’Union Européenne. L’attractivité financière est une notion qui concerne toute la carrière et pas seulement son début. C’est donc la carrière dans son ensemble qu’il faut revaloriser.

En fonction de ces critères, et selon les limites budgétaires fixées, le SNE a proposé la solution suivante au ministère :

21-06-30 proposition SNE.png

Nous avons pu constater que les options que nous avons défendues ont clairement été retenues. Elles ont d’ailleurs recueilli l’assentiment de la majorité des syndicats qui se sont exprimés à ce sujet. Voici donc le nouveau scénario proposé par le ministère :

21-06-30 scenario 4.png

Le SNE réalise que ces sommes ne vont pas transformer le quotidien des enseignants. Toutefois, dans le cadre budgétaire contraint qui nous est proposé, les options qui se dessinent nous semblent être équitables.

Des mesures catégorielles à négocier

 

Des mesures catégorielles doivent venir compléter le scénario qui sera adopté. Au vu des montants qui seront engagés, ces mesures seront évidemment scrutées avec attention. Elles le seront d’autant plus que l’observatoire sur la rémunération et le bien-être des enseignants qui vient d’être mis en place a déjà souligné lui aussi la triste situation financière des enseignants du premier degré.

 

Le SNE a émis des propositions d’amélioration, tant en faveur de l'ensemble des enseignants du premier degré (prime de vie scolaire et revalorisation de l'ISAE par exemple) que des directeurs d’école. Notre syndicat les renouvellera auprès du ministère. Nous espérons évidemment être entendus sur ces points aussi. Ces mesures devraient être discutées lors du 3ème et dernier GT du lundi 5 juillet.

Un accès à la classe exceptionnelle facilité

 

La question vient de la situation du 2nd degré où toutes les promotions à la classe exceptionnelle n’ont pas trouvé preneur faute de personnel éligible. La situation ne se présente pas encore pour le premier degré, mais elle se profile à l’horizon si les règles de promotion ne sont pas modifiées.

 

Le ministère propose de passer la répartition des promotions entre les deux viviers de 80/20 à 70/30, d’élargir la liste des fonctions permettant d'être promouvable et de diminuer le nombre d’années nécessaires pour le devenir.

 

Pour le SNE, ces solutions intéressantes et vont dans le bon sens. Notre syndicat a ajouté qu’il faudrait que les années de « faisant fonction » soient retenues dans le calcul des années que ce soit des années passées sur des postes de direction, de CPC ou d’autres fonctions spécifiques.

Le SNE milite aussi pour que les années prises en compte puissent relever de plusieurs postes différents.

 

 

Et pour la hors classe ?

 

Le SNE a rappelé que l’augmentation du nombre de collègues promus permettra de conserver une dynamique d’expansion de la classe exceptionnelle. A ce titre, il est donc important d’ouvrir encore un peu plus l’accès à la hors classe.

 

Voilà pourquoi le le SNE est favorable à ce que l’AGS prise en compte pour l’accès à la hors classe soit l’AGS complète et pas simplement l’ancienneté dans le corps. Cette mesure bénéficierait principalement aux anciens instituteurs, aux contractuels et collègues qui mènent une seconde carrière.

 


Même si les sommes allouées devraient être plus conséquentes pour que cette revalorisation ait un véritable impact sur le quotidien des enseignants, la nouvelle proposition de répartition nous semble logique.

 

En effet, les mesures envisagées concerneraient presque l’intégralité du déroulement de la carrière des enseignants. Elles représenteraient un second palier intéressant. Nous espérons qu’elles seront validées et complétées par des mesures catégorielles en faveur des enseignants du premier degré pour 2022.

Pour envisager la suite, il faudra probablement connaître le résultat des élections d’avril prochain.

 

Philippe Ratinet

Secrétaire général aux Publications

POUR une égalité salariale entre le premier et le second degrés

 

Au mois de juin 2021, le SNE sera présent dans les instances qui décideront de la répartition de la revalorisation promise lors du Grenelle .

Nous y défendrons les enseignants du premier degré, ceux que nous sommes les seuls à représenter exclusivement.

Faites entendre votre voix : soutenez notre action en signant notre pétition.

sne-csen.net 20-11-12 petition.png

SNE -  Syndicat National des Ecoles