ACTUALITÉS NATIONALES

28 janvier 2021

Primes non versées, avancement 2020 en attente : halte au mépris !

Mise à jour du 01/02/2021 :

Les attentes étaient grandes à l’heure de recevoir notre traitement de janvier. La déconvenue est totale. Le sentiment d’être floué, légitime.

 

Le bug de la prime informatique

Le site du ministère se veut explicite à son sujet :

« Une prime d’équipement informatique bénéficierait à tous les enseignants (178 M€). Cette prime de 150€ nets annuels, versée en une fois chaque début d’année, permettrait aux enseignants de s’équiper ou de renouveler entièrement leur équipement sur une durée de trois à quatre années.»

Le « début d’année » s’entend, même pour les vœux de nouvelle année, jusqu’à fin janvier. Le ministère de l’Éducation Nationale s’émancipe visiblement de la tradition populaire. Pas de prime en janvier.

sne-csen.net 21-01-28 primes.png

Le SNE a immédiatement interpellé le ministère sur cette absence. La réponse que nous avons obtenue est des plus laconiques : « Ce sera en février ».

 

Ce délai choque, provoque de la colère. Il est aussi incompréhensible qu’inacceptable.

 

 

Prime de direction mensualisée, un jour viendra

 

Cet autre élément de rémunération est lui aussi pointé en retard. Une belle manière de manifester la confiance envers les directeurs. Dire que sans ces fidèles serviteurs de notre institution le ministère aurait entre les mains une organisation en panne...

 

Les avancements 2020 toujours en attente

 

Avec le PPCR, c’est assez simple : la date de la très grande majorité des avancements est connue à l’avance. Par un curieux hasard, le ministère n’aurait pas lancé les opérations. Les collègues qui devaient être promus et le savaient depuis des années, tout comme l’administration, attendent toujours d’en percevoir le bénéfice.

Le SNE, là aussi, a demandé des explications au ministère. Cette fois, nous n’avons pas eu de réponse.

 

Oui, il y aura des effets rétroactifs, mais dans un ministère où l’on nous demande de préparer trois rentrées différentes en un week-end et de nous adapter du jour au lendemain à tout et n’importe quoi, il est irrespectueux de laisser des collègues attendre encore et encore la promotion à laquelle ils ont droit. A contrario, quand il s’agit de recouvrer un trop perçu, l’administration est prompte à l’action.

 

Vous avez dit laxisme ? Vous êtes trop urbain.

 

Si telle doit être la gestion des ressources humaines de demain, nous n’en voulons pas.

Il n’y a plus de notes dans l’Éducation nationale. Nous évaluons donc ici la compétence « mettre en adéquation les discours et les actes » du ministère. Bilan actuel : maîtrise insuffisante.

Une concrétisation rapide des intentions affichées serait maintenant plus que bienvenue. 

Philippe Ratinet

Secrétaire général aux publications

SNE -  Syndicat National des Ecoles